Kathleen Doucet et Guy Pallai prennent la relève de la Maison Bellemare, à Saint-Jean-des-Piles, occupée depuis plus de 25 ans par Claude Parenteau et Ghislaine Lajoie.

Nouveau souffle pour la Maison Bellemare

Shawinigan — Les projets de développement touristique se bousculent à l’entrée Saint-Jean-des-Piles du parc national de la Mauricie. Après le 2800 Tourisme sportif, voilà que la Maison Bellemare accueillera à nouveau les visiteurs dans son cadre champêtre exceptionnel, grâce à l’arrivée de nouveaux propriétaires.

«Nous quittons avec regret, mais vient un temps dans la vie où il faut passer à autre chose», philosophe Claude Parenteau, qui a fait vivre l’ancienne demeure du célèbre député de l’Union nationale pendant de si nombreuses années avec sa femme, Ghislaine Lajoie.

En assemblée extraordinaire le 25 février, le conseil municipal de Shawinigan a adopté, sans changement, le second projet de résolution pour un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI) sur cette propriété.

La première version avait été adoptée à la fin janvier. Ce projet ne doit pas être confondu avec celui du 2800 Tourisme sportif, voisin immédiat. Malgré quelques similarités, il s’agit de deux initiatives bien distinctes. Le 2800 Tourisme sportif prévoit la construction d’un maximum de 19 chalets, tandis que la Maison Bellemare pourrait en accueillir dix.

La Ville de Shawinigan ne croit pas que les deux projets vont se nuire.

«Le principe des petits chalets se ressemble, mais les concepts sont un peu différents», souligne le maire, Michel Angers. En fait, le 2800 Tourisme sportif s’adressera à une clientèle un peu plus active, avec notamment la location de vélos ou d’embarcations nautiques. La Maison Bellemare reprendra sa vocation de couette et café avec cinq chalets locatifs pour le moment. Les nouveaux propriétaires, Guy Pallai et Kathleen Doucet, veulent mettre en valeur les produits du terroir sur leur table, en plus d’organiser les soirées musicales qui ont déjà fait les délices des mélomanes au fil des années dans le spacieux salon de la demeure.

M. Parenteau et sa femme avaient cessé l’exploitation des chalets depuis 2013 . Étant donné l’extinction du délai de 12 mois prévu au règlement de zonage pour protéger un usage, les nouveaux propriétaires risquaient d’avoir perdu leurs droits pour poursuivre la location de ces petites habitations. Voilà pourquoi le conseil municipal a clarifié la situation en adoptant ce PPCMOI, qui n’a rencontré aucune opposition.

Ce règlement prévoit notamment un nombre maximal de dix mini-chalets sur ce lot, un espace de restauration, d’exposition et de spectacle, des écrans acoustiques afin de réduire la circulation du son dans le voisinage, des dispositifs pour l’éclairage extérieur et la préservation de la bande riveraine, sauf pour un sentier piétonnier et un quai flottant. Un service de location d’embarcations nautiques et de vélos est également inscrit dans ce PPCMOI, bien que M. Pallai assure qu’il n’ait aucunement l’intention de s’en prévaloir.

Il compte bien laisser ce genre d’activités à ses voisins du 2800 Tourisme sportif.

Histoire

La Maison Bellemare était habitée par l’ex-influent député et ministre Maurice Bellemare, élu dans Champlain sans interruption de 1944 à 1966. Il ne s’était pas représenté en 1970, mais il était revenu lors d’une élection partielle, dans Johnson, en 1974. Pendant deux ans, il avait agi comme chef intérimaire de l’UN, avant d’occuper le poste de leader parlementaire de son parti jusqu’en octobre 1979. En décembre de la même année, il démissionna comme député.

À travers cette carrière bien remplie, M. Bellemare fut également maire de Saint-Jean-des-Piles de 1954 à 1957, puis de 1968 à 1970. Il a conclu sa vie d’élu comme conseiller dans la même municipalité, de 1981 à 1983. Le «vieux lion», comme il était surnommé, est décédé en juin 1989, à l’âge de 77 ans.

M. Parenteau avait acquis cette propriété de la succession de Maurice Bellemare, en 1993. La résidence compte 18 pièces.

«Mon épouse et moi sommes des musiciens professionnels et nous voulions y tenir des concerts», relate M. Parenteau. «Nous en avons organisé dans la résidence principale pendant quelques années, dans le grand salon.»

L’endroit peut accueillir confortablement une soixantaine de personnes. Ces spectacles de musique de chambre et d’opérette ont duré de 1997 à 2007.

«Nous attirions surtout du tourisme européen», enchaîne M. Parenteau. «Nous étions cités dans le Guide du routard, ce qui favorisait la venue de touristes étrangers. C’est un endroit exceptionnel.»

Les nouveaux propriétaires veulent essentiellement reprendre les mêmes activités.

«La base du projet, ça reste la location de chalets et un bed & breakfast», confirme M. Pallai. «On veut ajouter un volet d’achat local, en mettant en valeur les produits maraîchers et ceux des fermes de la région. Nous voulons aussi ajouter un volet musical, avec des soupers spectacles. C’est davantage un concept culturel et gastronomique que sportif.»

M. Pallai précise qu’à court terme, il ne prévoit pas ajouter d’unités aux cinq chalets existants. Trois chambres seront offertes à la résidence principale.

Le promoteur croit également que ce projet se mariera très bien avec le 2800 Tourisme sportif voisin. Il prévoit lancer ses activités en mai.

«On trouvait que ça faisait une belle complémentarité», souligne-t-il. «Nous ferons quelque chose de très bien, tout en gardant ce qui rend Saint-Jean-des-Piles si pittoresque.»