Le projet de la ECHL sera présenté au conseil municipal de Trois-Rivières le 4 février.

Nouveau Colisée: Dean MacDonald à Trois-Rivières le 4 février

TROIS-RIVIÈRES — C’est finalement mardi prochain, le 4 février, que l’homme d’affaires Dean MacDonald viendra présenter son plan au conseil municipal de Trois-Rivières, dans l’espoir de pouvoir opérer une franchise de la East Coast Hockey League (ECHL) au nouveau Colisée de Trois-Rivières. Celui qui compte être présent en personne à l’hôtel de ville pour la présentation affirme arriver avec l’esprit ouvert et en mode dialogue.

«On croit avoir un beau produit à offrir, on croit que ça pourra apporter beaucoup pour le Colisée mais aussi pour l’ensemble de la communauté à Trois-Rivières. À partir de là, nous allons présenter notre vision et également les bénéfices que pourra en retirer la communauté, et le reste appartiendra au conseil municipal», indique-t-il d’emblée.

Pour l’occasion, Dean MacDonald indique qu’il sera accompagné de son acolyte Glenn Stanford, avec qui il est associé dans la franchise de la ECHL des Growlers de Terre-Neuve, une équipe associée aux Maple Leafs de Toronto. M. MacDonald compte également sur la présence du Trifluvien Marc-André Bergeron, et s’attend également à ce qu’un représentant du Canadien de Montréal soit disponible pour la présentation. «Je ne sais pas encore s’il sera avec nous en personne ou par le biais d’une vidéoconférence, ça reste à déterminer. Mais le Canadien fera partie de la présentation», confirme-t-il.

On se souviendra que le 20 janvier dernier, le maire Jean Lamarche a signifié lors d’une déclaration publique que les parties intéressées à occuper le nouveau Colisée avaient jusqu’au 7 février pour faire connaître leur plan d’affaires à la Ville. Le même jour, l’UQTR se rendait à l’hôtel de ville pour faire une présentation de son plan d’affaires pour les Patriotes. Il avait été impossible pour Dean MacDonald de se libérer ce jour-là, étant donné la tenue des assises de la ECHL.

Dean MacDonald

À la sortie de cette rencontre, le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon, avait indiqué aux médias que l’UQTR était ouverte à une cohabitation des lieux, une affirmation toutefois contredite par le PDG du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, quelques jours plus tard.

Pour Dean MacDonald, la cohabitation serait également possible, si c’est le souhait du conseil municipal. Il n’a cependant pas voulu s’avancer quant aux aspects financiers de son plan, préférant attendre de faire sa présentation au conseil municipal. Quoi qu’il en soit, il indique qu’il n’est toujours pas dans son intention de demander à la Ville d’assumer la gestion du Colisée. «Ce sont des choses que j’ai déjà indiquées dans des communications écrites avec la Ville, et c’est encore le cas. Ce n’est pas un problème pour nous de ne pas assumer la gestion, ça ne change rien à notre intérêt. Sur le plan financier, il est évident que certains détails sont à être déterminés par le conseil de ville, pas par nous, car c’est leur équipement», note-t-il.

Dean MacDonald admet que le manque de communication dans ce dossier et que les délais qui étaient imposés par la ECHL versus les délais déterminés par la Ville pour rendre une décision ont pu paraître frustrants à certains moments, mais il dit ne pas s’en formaliser. Déjà, il a fait savoir la semaine dernière que sa présentation concernerait l’implantation d’une franchise pour la saison 2021, les délais étant maintenant dépassés pour cette année.

«Notre intérêt est toujours là et nous sommes motivés à travailler avec la Ville pour nous implanter à Trois-Rivières», signale-t-il.

M. MacDonald s’est par ailleurs dit agréablement surpris d’apprendre que le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, s’était publiquement prononcé en faveur de son projet, mais demeure conscient que la décision finale revient au conseil municipal.

«Dans mon esprit, je ne le vois pas comme une compétition entre notre projet et un autre projet. J’estime que nous avons quelque chose de très bien à proposer, quelque chose de solide qui va apporter beaucoup à la région et à la communauté. Mais peu importe ce qui sera décidé par le conseil municipal, nous allons respecter ce choix», indique-t-il.