Le sculpteur Claude Des Rosiers taille dans la pierre le buste de saint Pie X.

Nouveau buste pour l’église Saint-Pie-X

TROIS-RIVIÈRES — «Tout ce que je fais, je le fais avec le cœur. J’aime contribuer à bâtir un patrimoine.»

Le matin du 25 juin dernier, l’artiste Claude Des Rosiers s’est engagé à sculpter le tout nouveau buste du saint Pie X. Pesant près de 1000 livres, la sculpture en pierre est là pour rester.

En se promenant dans les quartiers et sachant qu’il y avait un buste manquant, Thérèse Thibodeau-Paquin, fondatrice du mouvement Ma ville, mon quartier, ma rue, a proposé l’idée de reconstruire une sculpture durable et de qualité devant l’église. «Je trouve que le fait d’avoir saint Pie X devant le presbytère, c’est une identification. On est très fiers de ce projet,» dit-elle. Sur le boulevard Nérée-Beauchemin, une trentaine de sculptures ont été installées sur les terrains privés. Également sculptrice, la dame trouve important de faire travailler nos artistes d’ici.

Claude Des Rosiers pratique son art depuis 30 ans à Charette et en est à sa 44e sculpture publique à travers le Québec. Toutefois, c’est la première fois qu’il réalise un buste de ce genre. «C’est un nouveau défi, car il faut que ça lui ressemble. Je n’ai aucune marge de manœuvre, un coup de ciseau peut tout changer.» Dernièrement, l’artiste a sculpté pendant plus d’un mois la Sainte-Vierge de sept pieds devant l’église de Charette.

Ce que l’artiste apprécie le plus, c’est de pouvoir partager l’art avec la population. «J’aime qu’on s’attache à nos valeurs et ça nous permet de nous rassembler.»

Ces dernières années, la paroisse en a vu des vertes et des pas mûres. Le tout premier buste en bronze mis en place en 1984 a été volé quelques années plus tard, en 1991. Le deuxième, réalisé en fibre de verre, a été endommagé par des malfaisants en 2005. En septembre 2017, le troisième buste a également été volé. Les policiers ont amorcé une enquête afin de le retrouver, sans succès. Ce buste est donc le quatrième à se retrouver devant le presbytère.

D’ici lundi, Claude Des Rosiers croit avoir complété la sculpture. Muni de sa scie, de son marteau ou de ses ciseaux de finition, l’artiste sera ravi de montrer son art aux citoyens.