De gauche à droite, le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel Luc Dostaler, le président de la RGMRM Michel Angers et la députée de Laviolette
De gauche à droite, le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel Luc Dostaler, le président de la RGMRM Michel Angers et la députée de Laviolette

Notre-Dame-du-Mont-Carmel inaugure son écocentre

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL — Le nouvel écocentre de 7000 mètres carrés de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a été inauguré lundi matin sur la rue du Parc industriel et permettra aux 6000 citoyens de l’endroit d’avoir accès à un site de récupération directement sur leur territoire, au lieu de devoir se rendre à Shawinigan ou à Trois-Rivières.

Cet outil était devenu indispensable pour le maire Luc Dostaler, qui souligne que l’augmentation permanente de la population de la ville favorisait l’implantation du projet évalué à 80 000 $. De ce montant, plus des deux tiers, soit 57 550 $, sont assurés par une subvention de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, qui a permis le démarrage du projet et de bâtir les infrastructures.

Contrairement à certains autres écocentres, celui de Notre-Dame-du-Mont-Carmel n’exigera pas de frais pour la récupération des encombrants des citoyens.

«Ça permettra de s’assurer que chaque matériau réutilisable et auquel on peut donner une deuxième vie ne se retrouvera plus aux déchets», se réjouit le maire Luc Dostaler.

«On ne chargera rien pour l’instant, on va au moins donner le goût aux gens de venir pour la première année. Si la personne se donne la peine de venir ici porter ses choses, on va au moins l’encourager, on gagne sur toute la ligne parce que nous on les reprend et on les envoie à des partenaires avec lesquels nous avons déjà des contrats», explique-t-il.

DES NOUVELLES DE LA GABELLE

Une équipe d’Hydro-Québec doit effectuer des tests de conformité mardi sur le lien interrives de la Gabelle, maintenant que les travaux sont terminés et que l’entrepreneur mandaté a remis les clés à la Municipalité.

Si la société d’État valide la sécurité des lieux, les automobilistes pourraient y circuler à nouveau dans quelques jours. Une éventualité que le maire Dostaler accueille à bras ouverts.

«Je suis allé visiter l’endroit ce week-end pour voir tout ce qui a été fait. Je suis très satisfait des travaux effectués. Ça va certainement aider à assurer une circulation plus fluide. Maintenant, on se croise les doigts pour que ça se fasse rapidement. On est plus proches que jamais de retraverser le barrage», s’enthousiasme M. Dostaler.

Près de 1000 véhicules circulent chaque jour sur le lien interrives la Gabelle.