Pour une troisième année consécutive, la tâche d’animer le téléthon du Noël du Pauvre a été confiée à la chef d’antenne du Téléjournal Mauricie, Sophie Bernier.

Noël du Pauvre: 60 ans de générosité

TROIS-RIVIÈRES — Il y a soixante ans, à la clôture de la toute première édition du téléthon du Noël du Pauvre, les fondateurs Henri Audet et Gilles Boulet annonçaient avec enthousiasme les résultats de la soirée: on avait pu amasser 6664 $ pour les plus démunis. Vendredi soir, en direct de la salle J.-Antonio-Thompson, cette désormais grande tradition de générosité en Mauricie prendra l’antenne pour une soixantième fois, avec pour objectif de venir en aide à plus de 4600 familles de chez nous à l’occasion de Noël.

En soixante ans, c’est donc plus de 14 095 000 $ qui ont pu être redistribués aux plus démunis à quelques jours de Noël en Mauricie. Au cours des dernières années, c’est toujours un peu plus d’un demi-million de dollars que le téléthon a pu aller chercher annuellement pour les aider à passer un temps des Fêtes un peu plus réjouissant. L’initiative du fondateur de l’entreprise Cogeco et de son acolyte aura certainement fait boule de neige depuis six décennies. Toutefois, l’animatrice du présent téléthon, Sophie Bernier, insiste pour dire que l’organisation ne se fixe jamais réellement d’objectif quant au montant à amasser.

«Ce qu’on se dit, c’est que plus on amasse, et plus les familles auront de l’aide pour le temps des Fêtes. C’est ce qui va guider chacun de nos gestes dans la préparation du téléthon, et c’est ce qui guidera chacune de mes interventions en ondes», explique Mme Bernier, qui en sera à sa troisième année à la barre de ce grand rendez-vous télévisuel.

La 60e édition du téléthon du Noël du Pauvre revêtira évidemment un petit cachet historique, à commencer par la présence du président d’honneur, Louis Audet, président exécutif du conseil d’administration de Cogeco, mais surtout le fils du fondateur du téléthon Henri Audet. Par ailleurs, tout au long de la soirée, des capsules historiques relatant des images des tous premiers téléthons seront aussi présentées, ce qui réservera bien des surprises, promet Sophie Bernier.

«Ce qu’on peut constater, c’est que c’était très minimaliste à l’époque... et que ça fumait beaucoup en ondes», relate l’animatrice en éclatant de rire.

Lorsqu’il a fondé le téléthon, Henri Audet avait mentionné qu’il espérait que l’activité n’ait pas à perdurer dans le temps, souhaitant que la pauvreté puisse un jour être enrayée du paysage mauricien. Or, soixante ans plus tard, force est de constater que la pauvreté est toujours bien présente dans la région, et l’organisation du téléthon perçoit davantage l’exercice comme une célébration de la générosité des gens de la région. «C’est formidable de constater qu’après toutes ces années, les gens continuent de se serrer les coudes pour aider ceux de chez nous qui en ont le plus besoin. Il n’y a pas beaucoup de causes qui peuvent se vanter d’être aussi ancrées dans les traditions, d’avoir un lien aussi fort avec la communauté», constate l’animatrice.

Pour se préparer à ce marathon télévisuel, Sophie Bernier a une nouvelle fois cette année tenu à réaliser elle-même les entrevues avec les bénéficiaires de cette aide, à l’intérieur de capsules qui seront présentées durant la soirée. «Ça me nourrit de le faire, ça donne un sens, un visage à tout le travail que les bénévoles font durant toute l’année et à la mission que l’on porte sur nos épaules», constate-t-elle.

Parmi ces témoignages, celui de cet homme qui, avec le chèque qu’il recevra de la part du Noël du Pauvre, se paiera un petit luxe qu’il n’a jamais les moyens de s’offrir durant l’année, un steak. «Quand on entend ces histoires, ça remet bien des choses en perspective. On pense à nous, à nos partys de famille qui vont se terminer en orgie de bouffe, alors que certaines personnes ne peuvent même pas se permettre de s’acheter du steak pendant l’année», commente-t-elle.

L’animatrice dit constater que le visage de la pauvreté côtoie bien souvent le visage de la solitude. «Souvent, l’un rime avec l’autre. Et ça devient souvent un cercle vicieux car la personne pauvre n’aura pas forcément les moyens de se payer une activité, ne serait-ce que d’aller prendre un café, pour briser l’isolement. Ça fait beaucoup partie de notre mission, de briser les préjugés et de démystifier la pauvreté. Ce n’est pas vrai que l’on naît tous égaux malheureusement, et on ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Personne ne peut vraiment affirmer qu’il est à l’abri d’un coup dur dans la vie», mentionne Sophie Bernier.

C’est donc aux côtés de ses coanimateurs Sébastien Bovet, McGilles et Jean-Philippe Wauthier que l’animatrice mènera ce marathon télévisuel de sept heures, où les citoyens des quatre coins de la région seront invités à faire preuve de générosité. Le téléthon du Noël du Pauvre sera en ondes de 17 h à minuit sur les ondes de Radio-Canada Mauricie.