La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois
La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois

Nicolet met fin au contrôle biologique des moustiques

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Nicolet — Le conseil municipal de Nicolet a pris la décision, lundi, de ne pas renouveler le contrat relatif au contrôle biologique des moustiques, mais de poursuivre le traitement biologique envers les mouches noires.

«Pour les deux prochaines années, on va retourner pour les mouches noires, étant avec d’autres municipalités de la MRC, mais pas pour les insectes piqueurs», a annoncé la mairesse Geneviève Dubois.

Dans la résolution adoptée en séance ordinaire, on peut y lire que la Ville désire mettre en place des moyens alternatifs pour contrôler les moustiques, et éventuellement pour contrôler les mouches noires, d’ici les deux prochaines années, comme des plantes répulsives et l’installation de nichoirs.

En entrevue, elle a expliqué que les mouches noires représentent une nuisance qui dure toute la journée alors que les maringouins sont plutôt dérangeants le soir.

«On a de l’information maintenant qu’on n’avait pas il y a trois ans quand on a octroyé le contrat à GDG. Il y a des nouveaux rapports qui sont sortis, entre autres, celui du ministère de la Faune en 2019 qui amène de nouveaux éléments, entre autres, le principe de précaution», soulève la mairesse.

La prise de position découle, dit-elle, d’une démarche «extrêmement sérieuse». «On s’est beaucoup documenté, on a lu énormément d’études, de rapports, on a même contacté la municipalité de St-André de Kamouraska qui avait fait l’objet d’un reportage à la Semaine verte. On les a contactés pour faire un suivi, voir comment ça se passait. On a mis un sondage en ligne, on a consulté les citoyens, on a aussi consulté notre comité consultatif en environnement», a-t-elle énuméré.

«Et malgré le fait que le sondage était relativement positif, soit 80 % de satisfaction la première année, 73 % la deuxième et 69 % l’année passée, on voit que la satisfaction diminue. C’est sûr que le sondage concernait les moustiques et les mouches noires. Moi, j’ai eu énormément de plaintes cet été que ça n’avait pas fonctionné, les moustiques», a-t-elle indiqué au Nouvelliste.

C’est sans compter, ajoute Mme Dubois, que 2020 est une année particulière «où les gens nous ont demandé de faire un effort budgétaire». «J’ai des gens qui ont été inondés dans le cadre des pluies diluviennes, ils ont eu des refoulements d’égouts. À un moment donné, on a des priorités qui sont au budget, il faut tracer une ligne. C’est déchirant, mais c’est ça», affirme-t-elle.

Et à son avis, la décision prise par les élus de Nicolet se veut cohérente avec les actions environnementales entreprises par la Ville et le plan de transition écologique adopté par la MRC.

«C’est pour ça qu’on se donne une pause, on va voir comment ça se passe, quelles seront les prochaines étapes, études, données, mais pour l’instant, on pense que c’est une bonne décision», justifie la mairesse.

Et celle-ci souligne que ce qui était chargé aux citoyens, c’était à peu près la moitié du coût du traitement. «Il y a une partie qui était absorbée. Les gens auraient-ils été prêts à payer le double? On a des gens qui sont propriétaires de plusieurs portes, ça devient important comme coût. Tout ça mis ensemble, on a pris cette décision-là», poursuit Mme Dubois.

Cette dernière ne cache pas que «ce n’est pas facile que les citoyens aient un service et après ça, on le retire». «C’est un service qui se payait. Ils ne paieront pas pour quelque chose qu’ils n’auront pas. Mais c’était tout ça qui nous a généré plusieurs discussions», conclut celle qui parle d’un dossier qui fut «quand même assez difficile», touchant à la qualité de vie et au seuil de tolérance.