Les temps sont difficiles chez Nemaska Lithium, qui se place maintenant sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.
Les temps sont difficiles chez Nemaska Lithium, qui se place maintenant sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Nemaska Lithium se protège de ses créanciers

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
Shawinigan — À deux jours de Noël, le conseil d’administration de Nemaska Lithium a annoncé, tôt lundi matin, que la société présentera une demande auprès de la Cour supérieure du Québec pour se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Pour l’entreprise et sa soixantaine d’employés à la mine Whabouchi et au complexe industriel de Shawinigan, il s’agit du dernier chapitre d’une année 2019 fort mouvementée.

Nemaska Lithium tente d’établir un nouveau partenariat d’affaires avec le Groupe Pallinghurst. À l’automne, les deux parties avaient annoncé qu’elles prolongeraient les discussions jusqu’a 31 décembre 2019. Dans son communiqué émis hier, la société effleure le sujet en mentionnant que la dernière décision «devrait permettre la suspension des créances et de l’exercice de droits contractuels afin d’offrir la protection nécessaire pour poursuivre le processus d’examen stratégique continu de la Société (...)».

Toutes les hypothèses se retrouvent maintenant sur la table sur l’avenir de Nemaska Lithium. La Société n’accordait pas d’entrevue lundi et le président et chef de la direction, Guy Bourassa, n’était pas cité dans le communiqué de presse.

Les transactions sur les actions ordinaires de Nemaska Lithium sont suspendues à la Bourse de croissance TSX de Toronto. Le titre avait clôturé à 0,165 $ vendredi, bien en deçà de son sommet de 0,75 $ de la dernière année, atteint en janvier.