Il y aura, entre le 30 septembre et le 4 octobre 2019, une tournée de Cafés numériques dans les communautés d’Opitciwan, de Wemotaci et de Manawan.

Nation atikamekw: augmenter l’accès aux nouvelles technologies

La Tuque — Le Conseil de la nation atikamekw (CNA) et le Printemps numérique (PN) ont organisé une tournée de Cafés numériques dans les communautés d’Opitciwan, de Wemotaci et de Manawan entre le 30 septembre et le 4 octobre 2019. On marquera ainsi le début d’une série d’initiatives en faveur de l’éducation numérique auprès des jeunes Atikamekw.

«Lorsqu’on met entre les mains d’un jeune la maîtrise d’un nouvel outil, on augmente les chances qu’il s’accroche à ses rêves et qu’il en fasse une source d’accomplissement. Augmenter ces chances est le premier propos de cette démarche. Le second, c’est que les technologies offrent une incroyable opportunité pour augmenter le niveau de vie et les services dans les communautés éloignées. C’est donc aussi déterminant pour leur vitalité et leur autonomie», a affirmé Constant Awashish, grand chef du CNA.

Les trois communautés de la nation atikamekw sont éloignées des grands centres et les jeunes qui y vivent «disposent de trop peu d’opportunités pour s’approprier les outils numériques».

Les deux partenaires reconnaissent que, dans le contexte où les technologies évoluent très rapidement, une fracture numérique croissante constitue un risque à la fois économique, social et démocratique.

«Les attributs d’un développement économique durable se forgent par le développement du capital humain et les compétences numériques comptent maintenant parmi les compétences essentielles. C’est un des vecteurs de base sur lequel nous souhaitons nous appliquer, car il déterminera le succès de nombreux autres projets économiques», souligne Pierre Boucher, économiste principal, Développement économique et social Atikamekw Nehirowisiw du CNA.

Menée avec la collaboration des écoles secondaires des communautés, cette première tournée mettra à l’honneur les technologies des drones, de l’impression 3D, de la réalité virtuelle, du code et de la robotique.

Elle permettra aussi un regard sur les enjeux de l’intégration des technologies dans un contexte autochtone et sera suivie au cours des prochains mois d’activités concentrées sur l’apprentissage du code.

«Les transformations poussées par l’ère numérique sont tellement imposantes qu’elles ne peuvent se faire durablement sans s’inscrire dans une perspective inclusive. En tant que promoteur technologique, le Printemps numérique a aussi la responsabilité de s’assurer que le potentiel du numérique soit à la portée de tous et nous sommes très heureux d’y répondre en offrant nos formations au sein même des communautés atikamekw», a souligné Mehdi Benboubakeur, directeur général de Printemps numérique.