Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque

Mystérieux sondage sur les élections municipales à Trois-Rivières

Les prochaines élections municipales et leurs enjeux suscitent déjà de l'intérêt. Un mystérieux sondage maison, lancé récemment sur le Web, a fait son apparition sur les réseaux sociaux. Le questionnaire, qui fait déjà jaser, concerne les élections à la mairie de Trois-Rivières et les candidats potentiels.
Le conseiller municipal Jean-François Aubin
Le sondage, mené sur le site SurveyMonkey, comporte sept questions. D'entrée de jeu, on soutient que le sondage vise «à déterminer la satisfaction des citoyens de Trois-Rivières et à connaître leur opinion sur les élections municipales de 2017». On souligne également que le sondage «n'est pas créé par la ville et ses représentants».
Une des questions qui attire l'attention est la suivante : «En vue des élections municipales de novembre 2017, advenant une lutte à deux entre Yves Lévesque et Jean-François Aubin, pour qui voteriez-vous à la mairie ?»
Le Nouvelliste a discuté avec un des principaux intéressés. Il assure qu'il n'est pas derrière le questionnaire.
«J'ai vu passer le sondage, mais non je n'ai pas commandé de sondage sur les élections municipales. Je serais curieux par contre de connaître les résultats de ce sondage», a lancé Jean-François Aubin.
Le conseiller municipal avoue par contre qu'il n'a pas été très surpris de voir son nom apparaître.
«Surpris ? Oui, parce que je n'ai pas pris de décision officielle. Non, parce que mon nom a beaucoup circulé et je suis en réflexion, alors dans ce sens je ne suis pas surpris».
«Si cette personne-là peut m'envoyer les résultats, je serais bien heureux», ajoute-t-il en riant.
Jean-François Aubin reste quand même sceptique quant à la justesse d'un tel sondage.
«Il faut toutefois s'entendre qu'au niveau de la méthodologie, c'est un sondage maison envoyé au hasard sur le Web. On ne connaît pas la validité d'un tel sondage. Il faut prendre ça avec un grain de sel, mais un grain de sel ça peut être intéressant à considérer», lance-t-il.
En plus de cette question, le participant est questionné sur son district. Il aura à indiquer son niveau de satisfaction sur les services offerts par la Ville de Trois-Rivières, le travail du maire et de son conseiller municipal et sur les enjeux électoraux. On tente même de connaître les intentions de vote «advenant une lutte à trois». Le seul hic est qu'il n'est pas possible de savoir qui est derrière ce sondage. 
Le Nouvelliste n'a pas été en mesure, mardi, de parler avec le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.
Un sondage loin d'être scientifique
Un expert consulté par Le Nouvelliste est catégorique, il ne s'agit pas d'un sondage scientifique.
«On est à des années-lumière [...] Le sondage va donner des résultats, mais est-ce qu'ils seront de qualité ? La réponse c'est évidemment non», assure Jean Laroche, président-directeur général de Cible recherche.
Celui qui travaille dans le milieu depuis 17 ans soulève d'ailleurs plusieurs points intéressants dans le questionnaire, notamment, qu'il est particulièrement bizarre de commencer les choix de réponses par  «ne sais pas / préfère ne pas répondre»
«Je suppose qu'on tente de mesurer la température de l'eau à la question 6 [Advenant une lutte à trois ou plusieurs candidats, pour qui voteriez-vous à la mairie ?] Il se pourrait que ce soit un candidat clair, qui veut savoir s'il y a de la place pour quelqu'un d'autre. C'est le but de cette question-là», analyse-t-il.
La firme trifluvienne Cible recherche a elle-même réalisé un sondage ouvert aux dernières élections municipales pour un client.
«On avait averti que ce n'était pas scientifique. Ça donnait une tendance. Par contre, on avait le contrôle sur les répondants».
«N'importe qui pouvait joindre le lien en question. Nous on examinait qui allait répondre par les adresses IP. [...] Il y a des gens qui avaient répondu 5 fois, 6, 7, 10, 20, 50 et même 200 fois», a-t-il ajouté.