Muguette Paillé

Muguette Paillé candidate du PQ

TROIS-RIVIÈRES — Le Parti québécois a arrêté son choix sur Muguette Paillé comme candidate dans la circonscription de Maskinongé pour les élections de l’automne prochain.

Celle qui s’est fait connaître du grand public en posant une question relativement à l’emploi pour les personnes âgées de plus de 50 ans lors d’un débat des chefs télévisé dans le cadre de la campagne électorale fédérale de 2011 a décidé de faire le saut en politique après une période de réflexion d’environ deux mois.

«Je m’intéresse à la chose politique depuis que j’ai le droit de vote. Je me suis donc dit pourquoi pas», lance-t-elle avant d’avouer qu’elle n’aurait jamais cru être dans la position actuelle lorsqu’elle a décidé de poser sa fameuse question à Stephen Harper, Michael Ignatieff, Jack Layton et Gilles Duceppe il y a maintenant près de 10 ans. Rappelons que les quatre chefs avaient répété son nom et fait référence à elle à plusieurs reprises par la suite pendant leurs échanges.

C’est le chef de la formation souverainiste, Jean-François Lisée, qui l’a approchée personnellement.

«Ça a pesé dans la balance. Sur le coup, je lui ai dit que je n’avais pas d’expérience en politique. Il m’a alors répondu qu’il n’en avait pas lui non plus [lorsqu’il a commencé]. Je lui ai par la suite dit que j’avais peur. Il m’a dit: ‘‘moi aussi j’avais peur’’. Il a détruit mes craintes. Je lui ai alors dit que j’allais y réfléchir et il m’a donné une semaine. Il va vite Jean-François Lisée! Mais je n’étais pas aussi pressée que ça», raconte la sympathique dame.

En se lançant dans cette nouvelle aventure, elle espère amener un vent de fraîcheur dans la campagne.

«On m’a déjà décrite comme la voix du peuple. Je suis connectée avec le milieu. J’aimerais ça amener une certaine sincérité», poursuit-elle.

Comme tout candidat du PQ, Mme Paillé se dit souverainiste et croit au programme du parti.

«Je suis souverainiste et très nationaliste. La protection de ma langue, de mon identité, de ma culture, de ma nation francophone, c’est primordial. Ça passe en premier. J’ai choisi ce parti car il porte un projet de société qui est le plus enlevant, le plus important», explique-t-elle.

L’investiture de Mme Paillé aura lieu le 20 mai prochain.