Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La réponse quant à la formation d’une régie de sécurité incendie réunissant cinq municipalités de la MRC de Maskinongé devrait être connue à la mi-avril.
La réponse quant à la formation d’une régie de sécurité incendie réunissant cinq municipalités de la MRC de Maskinongé devrait être connue à la mi-avril.

MRC de Maskinongé : une régie des pompiers en vue

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
«Je pense que les cinq municipalités vont approuver la résolution pour qu’on lance la régie. C’est ce que je vois dans ma boule de cristal.»

Robert Landry affiche une réelle confiance en l’aboutissement d’un dossier discuté depuis quatre ans. Le maire de Saint-Étienne-des-Grès et président du comité d’étude de regroupement des services de sécurité incendie au sein de la MRC de Maskinongé s’attend à ce que Charette, Saint-Mathieu-du-Parc, Saint-Boniface et Saint-Paulin votent pour la formation d’une régie des pompiers, à l’instar de la Municipalité qu’il dirige.

Les dernières présentations concernant les budgets de fonctionnement ont été effectuées, les administrations municipales ont toutes les informations en main et les élus s’apprêtent à trancher lors des séances de conseil du mois d’avril. C’est donc dire que d’ici moins de deux semaines, les conseils seront fixés quant à la formation d’un tel regroupement afin de miser sur un nombre suffisant de pompiers volontaires qualifiés, d’avoir un seul état-major et de mettre les équipements en commun.

«Jusqu’à maintenant, c’est très positif. On a fait une réunion générale par Zoom il y a 15 jours, on était une quarantaine de personnes, tout semblait positif pour tout le monde. Il faut attendre la décision des conseils. Mais à l’heure actuelle, rien ne laisse présager que ça ne passera pas», fait valoir M. Landry.

Ce projet a exigé beaucoup de travail de préparation pour en arriver à une telle proposition. Le comité de regroupement a dû composer avec le retrait de Saint-Barnabé, de Saint-Justin, de Saint-Édouard-de-Maskinongé et de Sainte-Ursule en cours de route. Le projet a aussi causé un certain remous au sein de la population de Saint-Mathieu. Des citoyens ont demandé via une pétition le report de cette décision. Des pompiers ont exprimé des doutes quant aux coûts réels d’un regroupement et ont mentionné qu’ils ne joindraient pas une telle régie.

En réponse à cette situation, Saint-Mathieu a publié le 25 mars un long message sur son site internet expliquant le projet en long et en large en plus de proposer un document audio. Le document mentionne entre autres que le budget de la future régie est de 1 124 465 $, ce budget étant la somme des budgets de sécurité incendie des cinq municipalités. Une aide financière est attendue du gouvernement du Québec pour faciliter la formation de la régie.

Après tout le travail abattu, Robert Landry demeure aussi persuadé de la pertinence d’un tel regroupement à cinq partenaires.

«Ça prend cinq oui. On est rendu là. Sinon, il faudrait refaire les chiffres. Une régie est toujours une bonne affaire.»

Si les cinq municipalités disent oui à la régie, la composition de celle-ci débutera au cours des prochains mois pour une mise en service en janvier 2022.