Des blocs de béton sont utilisés pendant l’été pour décourager l’accès à un boisé du rang Lamothe, mais des gens contournent ces obstacles et déposent leurs déchets sur cette propriété privée.
Des blocs de béton sont utilisés pendant l’été pour décourager l’accès à un boisé du rang Lamothe, mais des gens contournent ces obstacles et déposent leurs déchets sur cette propriété privée.

Motoneige: le tourisme hivernal sur la ligne à Shawinigan

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Les amateurs de motoneige de la région sont suspendus aux lèvres des représentants de la Ville de Shawinigan, qui tentent de convaincre un propriétaire foncier du rang Saint-Mathieu d’accorder un droit de passage sur un important sentier qui relie une voie provinciale au centre-ville. Au moment où la saison prend enfin son envol, une condamnation de ce sentier aurait des répercussions catastrophiques sur l’industrie touristique régionale.

Les discussions entre les parties se sont intensifiées au cours des dernières semaines et le sujet a été brièvement abordé en pleine séance publique du conseil municipal de Shawinigan, mardi soir. Alexandre Perron a alors profité de la période de questions pour demander comment les motoneigistes pourraient se rendre au Grand Prix Snocross, prévu en fin de semaine au Centre Gervais auto, avec le droit de passage retenu par ce propriétaire du secteur Shawinigan-Sud.

«J’ai discuté avec les citoyens qui refusent l’accès des motoneiges parce qu’ils ont fait des avertissements répétés auprès de l’association», raconte le maire, Michel Angers. «On a voulu bloquer l’accès pendant l’été. Des gens sont arrivés en camion, en quatre-roues, ils sont allés chasser, on a entendu des coups de feu. Les citoyens se sont donc tannés et ils ont dit: c’est terminé.»

Luc Désaulniers, président de Tourisme Shawinigan, a participé aux discussions entre les divers partenaires impliqués. Selon sa compréhension, le vase aurait débordé à la suite de plusieurs visites indésirables sur cette propriété pendant l’été et l’automne.

«La ligne est déboisée pendant l’été», explique M. Désaulniers. «Des quadistes et des gens du voisinage vont mener leurs déchets dans ce coin-là, près du chemin Lamothe. Les propriétaires ont avisé le club, qui a placé des blocs de béton. Les quatre-roues ont passé quand même. Ils ont trouvé des télévisions usagées sur leur terrain. Ils ont donc décidé que ça ne passait plus.»

Luc Désaulniers, président de Tourisme Shawinigan.

Cette immense propriété de plus de 425 000 mètres carrés appartient à Frank Fortin et Renée Lessard depuis le printemps 2013. Le Nouvelliste n’a pu les joindre mercredi, malgré de nombreuses tentatives.

Le maire s’est entretenu avec eux durant la période des Fêtes et il comprend très bien leur position.

«Nous avons mandaté notre service des loisirs pour réunir tous ces gens», indique M. Angers. «Il y a toutes sortes de personnes concernées par cette situation, dont des hôteliers. On tente de trouver une solution alternative à court terme, peut-être trouver une nouvelle voie d’accès l’année prochaine. Les négociations sont en cours, mais tant que les citoyens ne donneront pas leur autorisation, personne ne va passer. C’est clair, ça fait partie des prérogatives des citoyens, de permettre ou non à des motoneiges de passer sur leur terrain.»

Ce tronçon jouit d’une importance stratégique pour le tourisme hivernal à Shawinigan. Il existe un autre sentier secondaire qui peut aboutir au centre-ville, via le secteur de Place Biermans, mais il est beaucoup moins apprécié des adeptes. De plus, ce passage relie deux sentiers provinciaux, les TQ23 et TQ3.

Vendredi dernier, une lettre signée par la Ville de Shawinigan, Tourisme Shawinigan et le Club de Motos Neige de la Mauricie a été envoyée aux propriétaires récalcitrants, afin de leur expliquer les impacts économiques et sociaux de cette décision. M. Désaulniers précise que les intervenants cherchent à obtenir une année de sursis afin de ne pas mettre la saison en péril. En effet, tenter d’établir un nouveau tracé au cours des prochains jours s’annoncerait plutôt périlleux.

«Pour cette année, il est minuit moins une», souffle M. Désaulniers. «On attend la décision de M. Fortin.»

Le conseiller du district Val-Mauricie, Guy Arseneault, n’exclut rien pour le moment. «Si nous avons une fin de non-recevoir, d’autres solutions sont étudiées», prévoit-il. «Le circuit serait vraisemblablement déplacé. C’est sûr que le centre-ville sera relié. La motoneige est un moteur économique important pour Shawinigan, c’est un pôle central pour aller vers Québec ou vers Maskinongé. Nous ferons le nécessaire pour ouvrir ça dès que possible.»