Normand Drolet, président du Club de motoneige du comté de Champlain.
Normand Drolet, président du Club de motoneige du comté de Champlain.

Motoneige: aucun sentier ouvert dans le sud de la région

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
Les amateurs de motoneige doivent encore prendre leur mal en patience avant de pouvoir s’élancer sur les pistes de la Mauricie avec leur machine. Même si la région a reçu une bonne dose de neige la semaine dernière, celle-ci est en train de fondre et fait en sorte que les sentiers ne sont pas praticables, du moins, dans le sud de la région.

«On n’a rien d’ouvert. On a travaillé dans les sentiers, les gens font du balisage. On est passé avec les machines dans certains secteurs, pour remplir les fossés et faire le fond. Les rivières sont gelées, mais on manque vraiment de neige», explique Normand Drolet, président du Club de motoneige du comté de Champlain.

La situation est similaire du côté de Shawinigan et de la MRC de Mékinac. L’ensemble des pistes du Club de motos-neige de la Mauricie est fermé, faute de neige.

«On n’est pas capable de remplir les fossés et de recouvrir les roches. Surtout en montagne, c’est encore pire. Il manque un bon 15 à 20 centimètres», estime Michel Lebrun, responsable des communications du Club.  

Dans la MRC de Maskinongé, les sentiers du Club motoneige Armony sont eux aussi tous fermés.

Ceux qui trépignent d’impatience que les sentiers soient ouverts peuvent toujours se tourner vers les clubs de motoneige du nord de la région. Du côté de La Tuque, toutes les pistes sont maintenant ouvertes.

«On ne peut pas dire qu’il y a une quantité énorme de neige, mais les sentiers ont tous été ouverts cette semaine. Tout a été surfacé et ça va l’être de nouveau cette nuit (de samedi à dimanche). Ce ne sont pas des conditions idéales, mais il y a assez de neige et ça circule bien», confirme Claude Gagnon, président du Club de motoneige de La Tuque.

M. Gagnon s’attend par ailleurs à ce que les pistes de la Haute-Mauricie soient fort achalandées au cours des prochains jours. «On a un grand stationnement devant nos bureaux et ce matin (samedi), il y avait beaucoup de remorques. Je pense qu’avec les jours qui s’en viennent, ça va nous aider grandement», soutient-il.

Le Club de motoneige de Mattawin a pour sa part ouvert trois de ses cinq sentiers. En ce qui concerne le Club de motoneige Mastigouche, quatre des six sentiers sont ouverts.

Pas un retard anormal

Ce nouveau retard n’attriste pas outre mesure M. Drolet, qui rappelle que les sentiers n’étaient pas plus praticables l’an dernier, à pareille date, en raison des dégâts causés par une tempête de neige suivie d’un épisode de verglas.

«On est à peu près à la même place que l’an passé. La dernière fois qu’on a coupé des branches tombées sur les sentiers, c’était le 26 janvier», souligne-t-il.
«Mais on n’est pas vraiment en retard sur la moyenne des dix dernières années. En moyenne, c’est au 15 janvier qu’on ouvre. Ce n’est jamais certain, il y a peut-être une année sur deux ou sur trois qu’on peut dire que tout est ouvert au jour de l’An», ajoute M. Drolet.

Michel Lebrun n’est pas non plus en mode panique. «Ça se produit quand même régulièrement. Ce n’est pas la première fois qu’on a un Noël sur la pelouse», rappelle-t-il.  

Il espère cependant que la neige sera au rendez-vous d’ici peu, afin de ne pas nuire aux retombées économiques attribuables à la motoneige dans la région. «Les commerçants dépendent de ça. C’est sûr que si ça tarde trop, il va y avoir énormément de pertes pour eux», affirme-t-il.