Le pape François a été accueilli à l’aéroport international d’Abou Dhabi par le prince héritier Mohammed bevn Zayed Al-Nahyan.

Visite historique du pape François aux Émirats arabes unis

ABOU DHABI — Le pape François a atterri dimanche à Abou Dhabi pour le tout premier voyage papal dans la péninsule arabique, où il cherche à tourner une page des relations entre chrétiens et musulmans.

Plus tôt dimanche, François a appelé à la mise en vigueur urgente d’un cessez-le-feu restreint au Yémen conclu en décembre et à ce que la nourriture et les médicaments parviennent à ses habitants, qui souffrent de la pire crise humanitaire dans le monde.

Cet appel a été lancé au Vatican avant que le pape ne monte à bord d’un avion à destination des Émirats arabes unis — principal allié de l’Arabie saoudite dans sa guerre au Yémen —, un moyen pour le souverain pontife d’éviter d’embarrasser ses hôtes. Le puissant prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, a salué le pontife en souriant, accompagné des ministres du Cabinet et d’une garde d’honneur, lorsque François a atterri aux alentours de 21h50 dans la capitale émiratie.

Dans sa bénédiction du dimanche midi, le pape a déclaré que la population du Yémen était «épuisée par le long conflit et que de nombreux enfants avaient faim, mais que l’aide humanitaire n’était pas accessible».

Le pape a ajouté que «les pleurs de ces enfants et de leurs parents s’élevaient jusqu’à Dieu».

Dialogue et tournée

Le souverain pontife articule son séjour aux Émirats arabes unis autour de deux priorités : la promotion d’un dialogue interconfessionnel et la visite des périphéries catholiques.

François s’est rendu à Abou Dhabi pour participer à une conférence sur le dialogue interreligieux parrainé par le Conseil musulman des aînés dans les Émirats arabes unis, une initiative qui vise à lutter contre le fanatisme religieux en promouvant une branche modérée de l’islam.

Dans un communiqué samedi, la haute autorité sunnite Al-Azhar a qualifié la réunion d’»historique» et a salué la «relation profondément fraternelle» entre son imam et le pape.

François et le cheikh el-Tayeb doivent s’adresser à la «Réunion de la fraternité humaine», lundi, qui attire non seulement des représentants chrétiens et musulmans, mais aussi des centaines de dirigeants de confessions juives, hindoues, bouddhistes et autres confessions chrétiennes. Tout cela fait partie de «l’Année de la tolérance» des Émirats et de ses efforts pour montrer son ouverture aux autres religions dans une région connue pour ses restrictions sévères en dehors de l’islam.