Les Aztèques se servaient des pétales de cempasuchil pour décorer les autels et les sépultures, ainsi que pour enduire le visage des prisonniers avant leur sacrifice, ou encore comme remède contre certaines maladies.

Une fleur inonde le Mexique pour le Jour des morts

NEALTICAN — Au pied du volcan Popocatepetl, près de Puebla, dans le centre du Mexique, un océan de fleurs orange dégage son arôme intense.

Les pétales de cempasuchil ou rose d'Inde tapisseront les allées censées guider les âmes défuntes et accompagneront les offrandes à l'occasion du Jour des morts que célèbrent les Mexicains les 1er et 2 novembre.

Une offrande «sans fleurs de cempasuchil n'est pas une offrande!» s'exclame Yessica Ponte, une cultivatrice de 28 ans qui, munie d'une machette, en récolte des brassées sous un soleil de plomb.

Qu'elles soient modestes ou somptueuses, les offrandes que font les Mexicains à leurs défunts sont toutes disposées sur du papier multicolore, près des portraits des êtres chers disparus et de bouquets de cempasuchil.

«Je mets autant de fleurs que je peux», explique en souriant Ponte, qui forme ensuite à l'aide des pétales un petit chemin du cimetière «jusqu'à la rue» pour que les esprits des défunts puissent retrouver le chemin de leur maison.

Près des fleurs, entre bougies blanches, petites têtes de mort en sucre ou chocolat, on place également le «pain des morts», spongieux et sucré, ainsi que tous les mets que le défunt appréciait de son vivant, qu'il s'agisse de poulet à la sauce de mole (à base notamment de piment, cacao ou chocolat) ou encore de tequila.

Selon les croyances, les pétales de cempasuchil conservent la chaleur du soleil et incarnent le divin. Son nom vient de «cempohualxochitl», signifiant «vingt fleurs» en langue indigène nahuatl.

Les Aztèques s'en servaient pour décorer les autels et les sépultures, ainsi que pour enduire le visage des prisonniers avant leur sacrifice, ou encore comme remède contre certaines maladies.

Marché en croissance

Environ 1700 hectares produisent chaque année dans le pays des milliers de tonnes de cette fleur légendaire, au coeur de la tradition mexicaine.

Elle est cultivée dans quatorze États du Mexique, de la Basse-Californie (nord-ouest) à Oaxaca (sud), mais l'État de Puebla, au centre du pays, en produit la plus grande quantité, avec 11 500 tonnes par an selon des chiffres officiels de 2017.

«Il est important de préserver les traditions car cela génère beaucoup de revenus», explique Ponte, qui travaille 12 heures par jour en cette saison, et gagne environ 10 pesos pour une large brassée (environ 65 ¢).

La récolte nationale a augmenté ces dernières années, et généré environ 2,7 millions $ de recettes l'an dernier.

La «fleur des morts» est également utilisée comme insecticide ou comme colorant dans l'alimentation des poules, afin que les oeufs paraissent plus jaunes. En gastronomie, on l'utilise pour des soupes et en médecine contre les problèmes digestifs ou respiratoires.

«Les études pharmacologiques montrent qu'elle possède des propriétés bactéricides», explique à l'AFP la biologiste Lizandra Salazar, directrice du jardin ethnobotanique de l'Institut national d'anthropologie de l'État central de Morelos.

Pour Carmen Félix, une guérisseuse de 78 ans, la science et la mythologie se rejoignent à travers cette fleur qui incarne aussi l'amour entre Xochitl et le guerrier Huitzilin.

«L'amour éternel de Xochitl, matérialisé par cette fleur, nous guérit des maladies, parce qu'elles proviennent toutes d'une tristesse ou d'une peur, et seul l'amour peut les guérir», dit-elle.