Un autre immeuble new-yorkais peut enlever le nom «Trump» de sa façade

NEW YORK — Le nom «Trump» va-t-il disparaître du paysage immobilier new-yorkais? Trois immeubles résidentiels l’ont déjà retiré de leur façade et un quatrième a obtenu jeudi le droit de faire de même, malgré les objections de la Trump Organization.

Depuis la campagne présidentielle de 2016, les habitants de plusieurs luxueux immeubles new-yorkais portant le nom de famille de Donald Trump — même s’il n’en est pas propriétaire — ne voulaient plus le voir orner leur façade.

Le syndic de trois de ces immeubles, situés dans le quartier de l’Upper West Side à Manhattan, a décidé après l’élection présidentielle de retirer le patronyme du milliardaire. Sans coup férir.

Mais un quatrième, situé au 200 Riverside Boulevard — proche des trois autres — et qui envisageait de faire de même, avait été menacé par la Trump Organization — société regroupant les affaires du président dirigée par ses deux fils — d’assignation en justice, arguant qu’enlever les lettres T-R-U-M-P constituerait une violation de leur accord de licence.

Mais la juge new-yorkaise Eileen Bransten, saisie par le syndic, a rejeté jeudi cet argument. Elle a estimé que l’accord de licence autorisait le syndic à faire figurer le nom «Trump» sur le bâtiment, mais ne l’y obligeait pas.

Le conseil syndical devrait désormais organiser un vote des propriétaires pour décider de retirer ou non les cinq grandes lettres de bronze. Un premier vote après l’élection avait montré que deux-tiers des quelque 250 propriétaires ayant voté voulaient l’enlever.

La Trump Organization a qualifié la décision de jeudi de simple «interprétation de l’accord de licence» et évoqué un recours en appel. «Nous sommes confiants dans le fait que la Cour d’appel arrivera à une autre conclusion», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Cette bataille illustre les récents déboires de l’empire immobilier du président, dont le nom est associé à plus d’une douzaine de résidences et d’hôtels à New York, mais aussi dans d’autres villes américaines et ailleurs dans le monde, de Toronto aux Philippines.

La Trump Organization a notamment dû se dégager d’un hôtel-résidence du quartier huppé de Soho et est en litige avec ses partenaires d’un hôtel de luxe au Panama qui ont effacé le célèbre nom en mars.

La marque Trump n’est plus synonyme de valeur immobilière: une récente étude d’un cabinet immobilier a montré que les appartements des immeubles Trump à Manhattan se sont vendus en 2017 pour quelque 6% de moins que les appartements de même statut.