Une photo montrant Ghislaine Maxwell à l’époque où elle collaborait avec Jeffrey Epstein.
Une photo montrant Ghislaine Maxwell à l’époque où elle collaborait avec Jeffrey Epstein.

Trump souhaite «bonne chance» à l’ex-collaboratrice d’Epstein

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a souhaité mardi «bonne chance» à Ghislaine Maxwell, l’ex-proche de Jeffrey Epstein incarcérée et accusée d’avoir aidé le défunt financier à exploiter sexuellement des mineures.

«Je lui souhaite juste bonne chance, franchement», a répondu le président américain à un journaliste qui lui demandait s’il pensait qu’elle pourrait livrer aux enquêteurs des informations compromettantes sur de puissantes personnalités que Jeffrey Epstein fréquentait.

Il a ajouté avoir rencontré Ghislaine Maxwell «de nombreuses fois», lorsqu’elle habitait à Palm Beach, en Floride, où le président américain a une résidence.

Mais il n’a pas répondu directement à la question de savoir s’il pensait que cette figure de la jet set pourrait compromettre d’autres personnalités, comme l’ex-président Bill Clinton ou le prince Andrew, le fils de la reine d’Angleterre sur la sellette depuis le début que le scandale Epstein a éclaté l’été dernier.

«Je n’ai pas vraiment suivi» cette affaire, a indiqué le président. «Je ne connais pas la situation avec le prince Andrew.»

Le deuxième fils de la reine Élisabeth II a été accusé par une victime présumée de Jeffrey Epstein, Virginia Roberts-Giuffre, d’avoir eu des relations sexuelles avec elle, lorsqu’elle avait 17 ans, des allégations qu’il a toujours démenties.

Après avoir disparu de la circulation pendant plus d’un an — depuis l’arrestation de Jeffrey Epstein en juillet 2019 et sa mort en prison le mois suivant —, Ghislaine Maxwell, 58 ans, a été arrêtée le 2 juillet et risque jusqu’à 35 ans de prison en cas de condamnation.

Incarcérée sans possibilité de libération sous caution, la fille du défunt magnat britannique des médias Robert Maxwell a plaidé non coupable lors d’une audience à New York le 14 juillet.