«Nous ne vous décevrons jamais et nous allons toujours protéger le deuxième amendement», a déclaré Donald Trump, qui assistait à son quatrième congrès consécutif de la NRA.

Trump défend le droit au port d'arme à feu

DALLAS — Le président américain Donald Trump a réitéré vendredi son soutien aux membres de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes à feu duquel il s'était pourtant distancié il y a quelques mois.

«Mon administration et les conservateurs au Congrès avons été élus pour défendre vos droits», a déclaré le président devant des dizaines de milliers de militants enthousiastes de la NRA réunis à Dallas.

«Nous ne vous décevrons jamais et nous allons toujours protéger le deuxième amendement», a ajouté M. Trump, qui assistait à son quatrième congrès consécutif de la NRA.

M. Trump a promis que le deuxième amendement de la Constitution américaine, celui garantissant le droit au port d'armes à feu, serait protégé tant qu'il sera président.

Le président Trump a réitéré qu'il serait plus sécuritaire selon lui d'armer le plus de gens possible. Il a plaidé que les attentats de Paris en 2015 auraient été moins sanglants si les Parisiens avaient été plus armés.

«[Les terroristes] ont pris leur temps et ont abattu chaque personne une par une. Boom! Viens ici. Boom!» a-t-il illustré.

Il s'agissait du premier congrès de la NRA depuis la tuerie survenue en février dans une école secondaire de la Floride, qui avait suscité un mouvement de contestation contre le lobby des armes à feu. Dix-sept personnes, en majorité des adolescents, ont perdu la vie dans cette fusillade.

Armer les enseignants dans les écoles

Selon Donald Trump, pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise, il faut accroître la sécurité dans les écoles et armer les enseignants dûment formés pour manier une arme.

«Toutes les personnes ici sont en faveur de la sécurité dans les écoles», a-t-il déclaré.

«Il n'y a aucun signal plus invitant pour un tueur de masse qu'un signal déclarant qu'une école est une zone sans armes», a-t-il soutenu.

«Mais en même temps, il n'y a aucune dissuasion aussi forte pour un individu malade que de savoir que son attaque mettra fin à sa vie, qui prendra fin dans l'échec le plus total.»

Donald Trump s'était distancié du lobby des armes à feu dans la foulée de la fusillade à l'école de Parkland, mais il est revenu sur ses positions depuis.

Lors d'une rencontre télévisée avec des élus à la fin du mois de février, deux semaines après le drame, M. Trump avait reproché à un sénateur républicain d'avoir «peur de la NRA» et avait promis d'obtenir des résultats dans la lutte contre la violence par armes à feu.

Le président avait toutefois précisé plus tard qu'il souhaitait modifier très modestement le système de vérification des antécédents pour se concentrer à mieux sécuriser les écoles.

M. Trump, qui était visiblement en terrain ami devant la NRA, en a par ailleurs profité pour vanter son bilan depuis qu'il est à la tête des États-Unis et a souligné l'importance pour les républicains de maintenir leurs acquis en vue des élections de mi-mandat, en novembre.

Il a incité les membres de la NRA à aller voter aux prochaines élections pour ne pas que les démocrates fassent des gains.