Donald Trump s’est adressé à la presse avant de gagner son hélicoptère en route pour Cincinnati où il devait animer un rassemblement politique, jeudi.

Trump attise le conflit commercial avec la Chine

WASHINGTON — Donald Trump a relancé jeudi la guerre commerciale contre Pékin, en annonçant son intention d’étendre des droits de douane supplémentaires à toutes les importations en provenance de Chine, provoquant la stupeur les marchés inquiets de l’impact sur l’économie américaine.

Dans une série de tweets, le président américain, qui brigue un autre mandat, a précisé que son administration allait infliger, à compter du 1er septembre, «de petits droits de douane supplémentaires de 10 % sur les 300 milliards de dollars» d’importations chinoises jusque-là épargnées.

L’annonce du président a fait l’effet d’une bombe sur les marchés. Le pétrole a terminé en recul de près de 8 % à New York et les principaux indices boursiers à Wall Street ont fini dans le rouge.

«Je ne suis pas inquiet» de la baisse des marchés, a-t-il ensuite assuré à des journalistes avant son départ pour une réunion de campagne. «Je m’y attendais», a-t-il ajouté.

L’hôte de la Maison-Blanche a estimé que le président chinois Xi Jinping voulait bien un accord, mais a jugé qu’il «n’allait pas assez vite».

M. Trump a aussi prévenu qu’il pourrait augmenter «bien plus encore» les tarifs douaniers sur les produits chinois si Pékin n’acceptait pas les exigences américaines. Il a évoqué la possibilité d’aller «bien au-delà de 25 %».

Si ces futures taxes étaient effectivement mises en œuvre, c’est la totalité des importations venant du géant asiatique qui serait alors surtaxée.

Pour autant, Donald Trump, qui n’a cessé de souffler le chaud et le froid dans ce conflit, affirme que les discussions vont se poursuivre comme prévu «début septembre».

L’hôte de la Maison-Blanche justifie sa décision surprise par le fait que Pékin n’a pas tenu à ses yeux deux engagements très importants : achats massifs de produits agricoles américains et coup d’arrêt aux ventes de fentanyl, un opiacé très puissant qui fait des ravages aux États-Unis et dont la Chine est l’un des principaux producteurs.

Pourtant, Pékin a affirmé jeudi avoir acheté ces dernières semaines davantage de produits agricoles américains.

Depuis le 19 juillet, des entreprises chinoises privées et étatiques ont contacté des fournisseurs américains pour discuter de l’achat d’une variété de produits agricoles, certaines commandes ayant déjà été effectuées, avait ainsi indiqué Gao Feng, le porte-parole du ministère chinois du Commerce.

«On ne l’a pas vu venir»

Les négociations commerciales entre Américains et Chinois avaient pourtant semblé reprendre dans un climat relativement apaisé cette semaine à Shanghai.

Mercredi, les deux parties avaient même fait état de discussions «productives» pour tenter de mettre fin à une guerre commerciale déclenchée il y a un peu plus d’un an.

«On ne l’a pas vu venir», a réagi Gregori Volokhine, analyste chez Meeschaert Financial Services qui avance deux interprétations possibles. «Ce n’est pas la première fois» que le président met une pression maximale sur les autorités chinoises en pleine discussion, souligne-t-il.

Il se pourrait aussi que le président fasse «un pied de nez» à la Banque centrale américaine qui a, certes, décidé mercredi de baisser les taux d’intérêt, mais pas suffisamment au goût de Donald Trump.

«Pour que la Fed fasse ce que Trump voudrait [c’est-à-dire] qu’elle adopte une politique extrêmement accommodante, il faut que la guerre commerciale s’envenime; c’est la seule raison qui pourrait amener la Fed à de nouveau abaisser les taux», avance-t-il.

Jusqu’alors l’administration américaine avait épargné les biens de consommation courante si bien que l’économie américaine, tirée par la consommation des ménages, est restée relativement à l’abri de la guerre commerciale.

Mais la perspective de droits de douane affectant tous les biens a provoqué la stupeur des marchés.

À titre d’exemple : l’action du groupe Best Buy, une chaîne de magasins vendant de l’électronique grand public, a chuté de 9 % immédiatement après l’annonce.

«Ces 10 % de tarifs supplémentaires vont directement atteindre le consommateur américain», avertit Gregori Volokhine. Le président «joue avec le feu», conclut-il.