Un agent de police et son chien patrouillent à l'extérieur du palais de justice à New York.

Procès El Chapo: un juré potentiel écarté après avoir demandé un autographe

NEW YORK — La sélection des jurés dans le procès du narcotrafiquant mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman a pris un tour inattendu mardi, lorsqu’un des jurés potentiels a demandé un autographe de l’accusé, soupçonné d’avoir dirigé 25 ans durant l’un des plus puissants cartels au monde.

La veille déjà, ce juré potentiel, New-Yorkais depuis 20 ans, mais né à Medellin, en Colombie, avait dit aimer les séries télévisées criminelles et bien connaître le trafic de drogue en raison de ses origines. La ville de Medellin est mondialement connue pour avoir été le centre du trafic mondial de cocaïne sous le règne du narcotrafiquant Pablo Escobar, mort en 1993.

Mardi, il est apparu que le jeune homme avait demandé à un huissier s’il pourrait obtenir un autographe d’El Chapo, qui fut, après la mort d’Oussama ben Laden, l’homme le plus recherché par les États-Unis.

Un des procureurs a alors demandé à ce qu’il soit écarté, le jugeant «amoureux» d’El Chapo. Mais l’avocat de la défense a protesté.

Le juge a alors interrogé directement le jeune homme : «Pourquoi avez-vous demandé un autographe de l’accusé?»

«Parce que je suis un peu fan», a-t-il répondu. Il a alors été définitivement rayé de la liste.

Sur le banc des accusés, El Chapo, qui portait un costume noir sur une chemise bleu ciel et cravate à carreaux, a réagi en souriant.

La sélection des 12 jurés et six suppléants pour ce procès qui doit durer environ quatre mois a commencé lundi et doit se terminer d’ici vendredi. Les plaidoiries d’ouverture sont attendues mardi.

Pour l’instant, sur la centaine de personnes pré-sélectionnées, 58 ont été interrogées et 27 écartées.

Plusieurs jurés potentiels se sont montrés effrayés à l’idée de faire partie du jury.

M. Guzman, 61 ans, est accusé d’avoir dirigé de 1989 à 2014 le cartel de Sinaloa, qui a expédié aux États-Unis plus de 154 tonnes de cocaïne, ainsi que d’énormes quantités d’héroïne, de méthamphétamine et de marijuana, pour une valeur estimée à 14 milliards de dollars.