Un porte-parole de la ministre des Affaires étrangères du Canada Chrystia Freeland a indiqué que les quatre diplomates canadiens avaient été déclarés persona non grata par le gouvernement russe.

Moscou expulse quatre diplomates canadiens

MOSCOU — Affaires mondiales Canada a confirmé vendredi que quatre diplomates canadiens ont été expulsés par la Russie, un pas de plus dans la détérioration des relations entre l'Occident et le Kremlin à la suite du présumé empoisonnement d'un ancien espion et de sa fille.

Dans un courrier, Adam Austen, un porte-parole de la ministre des Affaires étrangères du Canada, a dit que les diplomates avaient été déclarés persona non grata par le gouvernement russe. Des démarches sont en cours pour les ramener — eux et leur famille — au pays.

Plus tôt, le ministère russe des Affaires étrangères avait annoncé l'expulsion de diplomates issus d'une vingtaine de pays occidentaux, dont le Canada.

Le Canada avait décidé lundi d'expulser quatre diplomates russes.

Selon M. Austen, cette décision avait été prise en «solidarité avec [le] proche allié du Canada, le Royaume-Uni». Il a déclaré que cette mesure ne visait pas le peuple russe. Il a ajouté que le Canada «demeure engagé dans le dialogue et la coopération avec la Russie sur les défis auxquels font face les deux pays».

Ces représailles s'inscrivent dans la crise diplomatique qui oppose la Russie au Royaume-Uni et à plusieurs membres de l'Union européenne et de l'OTAN, depuis l'empoisonnement en sol britannique d'un ex-espion russe, reproché au Kremlin.

Moscou nie toutefois avec véhémence toute implication dans l'attaque à l'agent neurotoxique perpétrée contre Sergueï Skripal et sa fille, le 4 mars dernier, à Salisbury.

Par communiqué, le ministère russe a dit riposter «aux accusations injustifiées» qu'ont lancées ces pays pour montrer la porte à plus de 150 diplomates russes cette semaine.

***

PRÈS DE 300 DIPLOMATES EXPULSÉS DE PART ET D'AUTRE

L'expulsion de près de 300 diplomates de part et d'autre a été annoncée dans le sillage de l'empoisonnement en Angleterre de l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

Le 14 mars, la Grande-Bretagne a fait savoir qu'elle procéderait à l'expulsion de 23 diplomates russes. Elle a été suivie, à la fin du mois, par nombre d'autres pays occidentaux, l'Ukraine et l'OTAN. Au total, plus de 150 membres des représentations diplomatiques russes sont concernés.

En représailles, Moscou a pris des mesures identiques devant toucher plus de 140 diplomates.

Voici la liste des expulsions annoncées :

États-Unis

Soixante «espions» russes vont devoir quitter le territoire américain, a annoncé la Maison-Blanche. Il s'agit, selon un haut responsable américain, de «la plus importante expulsion» d'agents de renseignement russes de l'histoire des États-Unis.

Un haut responsable de l'administration américaine a précisé que 48 «agents de renseignement connus» dans diverses missions aux États-Unis et 12 membres de la mission russe de l'ONU étaient concernés.

Le consulat russe de Seattle sur la côte ouest des États-Unis va être fermé, Washington mettant en avant la proximité d'une base de sous-marins et d'une grande partie des installations industrielles de Boeing.

Après l'annonce, en rétorsion, par la Russie de l'expulsion de 60 diplomates américains, les États-Unis ont fait savoir qu'ils se réservaient «le droit d'y répondre» en examinant les différentes «options».

Union européenne

Au total, 18 pays de l'Union européenne ont emboîté le pas à Londres, ordonnant l'expulsion de plus de 30 diplomates russes qui s'ajoutent aux 23 qui ont subi le même sort en Grande-Bretagne.

Ces expulsions en cascade ont été annoncées par l'Allemagne (quatre expulsions), la France (quatre), la Pologne (quatre), la Lituanie (trois), la République tchèque (trois), l'Espagne (deux), l'Italie (deux), les Pays-Bas (deux), le Danemark (deux), la Suède (un), la Lettonie (un), la Roumanie (un), la Croatie (un), la Finlande (un), l'Estonie (un), la Hongrie (un), l'Irlande (un), la Belgique (un).

Le président du Conseil européen Donald Tusk a souligné que «des mesures supplémentaires, incluant de nouvelles expulsions, n'étaient pas exclues dans les prochains jours et semaines».

OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a fait savoir que l'Alliance, dont le siège est à Bruxelles, allait retirer l'accréditation de sept diplomates russes et rejeter trois nouvelles demandes d'accréditation.

Les sept ressortissants russes vont être expulsés de Belgique, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Autres pays occidentaux, Ukraine

L'Ukraine a annoncé l'expulsion de 13 diplomates russes «dans un esprit de solidarité avec nos partenaires britanniques et nos alliés transatlantiques et en coordination avec les pays de l'UE».

L'Australie a ordonné l'expulsion de deux diplomates russes

La Norvège, le Monténégro et la Macédoine ont annoncé chacune l'expulsion d'un diplomate russe, l'Albanie de deux, et la Moldavie de trois.

Par ailleurs, la Slovaquie, la Bulgarie, le Portugal, le Luxembourg et Malte ont rappelé leur ambassadeur pour consultations mais n'ont pas expulsé de diplomates russes.

Russie

Après avoir déjà ordonné le 17 mars l'expulsion de 23 Britanniques et l'arrêt des activités du British Council, Moscou a donné un mois à Londres pour réduire son personnel diplomatique en Russie au même niveau que celui des diplomates russes présents au Royaume-Uni

La Russie a en outre annoncé jeudi qu'elle allait expulser 60 diplomates américains et fermer le consulat des États-Unis à Saint-Pétersbourg.

Un nombre presque identique, au total, d'Européens, de Canadiens et d'Australiens vont connaître le même sort, a fait savoir vendredi Moscou.

Concernant l'Union européenne, il s'agit de quatre Allemands, quatre Français, quatre Polonais, trois Tchèques, trois Lituaniens, deux Italiens, deux Espagnols, deux Danois, un Néerlandais, un Estonien, un Letton, un Finlandais, un Suédois, un Roumain, un Croate, un Irlandais.

Hors UE, 13 Ukrainiens et trois Moldaves seront également expulsés.

Deux Albanais et un Norvégien ont connu le même sort et un Macédonien devrait suivre.

Quatre Canadiens doivent aussi partir de Russie, ce qui devrait aussi arriver à deux Australiens.  AFP