«L’Europe, et en son sein le couple franco-allemand, se trouvent investis» de l’«obligation de ne pas laisser le monde glisser dans le chaos» a déclaré le chef de l’État français Emmanuel Macron, ici auprès de la chancelière allemande Angela Merkel.

Macron met la pression sur Merkel

BERLIN — Emmanuel Macron a mis dimanche la pression sur Angela Merkel en demandant une refondation de l’Europe face au risque de «chaos mondial» et à six mois des élections européennes, où les sondages promettent une forte poussée nationaliste.

«L’Europe, et en son sein le couple franco-allemand, se trouvent investis» de l’«obligation de ne pas laisser le monde glisser dans le chaos» et pour cela «l’Europe doit être plus forte, plus souveraine», a déclaré le chef de l’État français dans un discours prononcé devant la chambre des députés allemands à Berlin.

«L’Europe ne pourra pas jouer son rôle si elle devient le jouet de puissances et se contente d’un second rôle sur la scène mondiale», a ajouté M. Macron, venu dans la capitale allemande pour une journée de commémoration des victimes de guerre.

La chancelière allemande Angela Merkel, avec qui le chef de l’État français s’est entretenu, a approuvé l’idée que l’Europe «se trouve à la croisée des chemins» et doit définir «son rôle» au plan mondial.

Mais derrière le front uni affiché par les deux dirigeants, le discours de M. Macron a aussi résonné comme une critique implicite face à ce que de nombreux responsables français considèrent en privé comme les atermoiements et hésitations de l’Allemagne depuis plus d’un an sur le sujet.

Immobilismes

«Est-il préférable de rester enfermé dans nos immobilismes?» a tancé M. Macron, qui a fait de la relance du projet européen une des sujets phares de son mandat.

Face au défi du populisme, il faut «prendre de nouveaux risques», «surmonter nos tabous et dépasser nos habitudes», a-t-il dit.

Sur les questions de défense commune au moins, la France et l’Allemagne affichent un front uni. Tant Emmanuel Macron qu’Angela Merkel soutiennent l’idée à terme d’une armée européenne, en dépit des vives critiques du président américain Donald Trump, qui y voit une concurrence pour l’OTAN.

Harmonie franco-allemande moins évidente

Sur les autres sujets, l’harmonie franco-allemande est moins évidente.

C’est le cas par exemple d’un autre dossier prioritaire d’Emmanuel Macron, la création d’un budget de la zone euro pour soutenir l’investissement, qui doit être discuté lundi lors d’une réunion des ministres des Finances à Bruxelles.

Après des mois de tractations, Paris et Berlin se sont certes mis d’accord vendredi sur un cadre général sur ce budget, mais pas sur son montant, alors que M. Macron espérait l’abonder de plusieurs centaines de milliards d’euros.

Le chef de l’État français y a fait allusion en soulignant que «la nouvelle étape» qu’il appelle de ses vœux en Europe «nous fait peur, car chacun devra partager, mettre en commun [...] une part croissante de son budget et même des ressources fiscales».

Il a invité l’Allemagne et la France à faire dans ce domaine chacune un pas vers l’autre, la première très attachée au respect des règles qui rassurent et la deuxième qui tend parfois à s’en méfier et à vouloir les «contourner».

Tension sur les Gafa 

Paris et Berlin divergent actuellement sur un autre projet porté en Europe par Emmanuel Macron, la taxation des géants de l’Internet, les Gafa.

La France voudrait qu’une décision soit prise par l’Union européenne dès décembre, et a récemment averti qu’un refus de l’Allemagne serait perçu comme «une rupture de confiance».

Angela Merkel, elle, craint un retour de bâton des États-Unis contre les entreprises allemandes et préfère repousser toute initiative européenne à 2021.

Un responsable de son parti conservateur, pourtant considéré comme un proche de la chancelière, Armin Laschet, a admis ce week-end dans le Spiegel que son pays était trop «hésitant» sur l’Europe. Il l’a appelé à être «plus enthousiaste» et à avoir une vision «moins comptable».

Mais la chancelière est en fin de cycle politique. Face aux critiques croissantes contre sa politique migratoire, elle a été contrainte d’amorcer son retrait politique.

M. Macron lui aussi doit faire face à une baisse de sa popularité dans son pays et depuis peu à un vent de contestation contre la hausse des prix du carburant.