Un homme couvre son visage avec une photo de Carles Puigdemont lors d'une manifestation tenue à Barcelone, mardi.

L’investiture de Puigdemont comme président de la Catalogne reportée

BARCELONE, Espagne - Le président du parlement catalan a ajourné, mardi, une session parlementaire au cours de laquelle le chef indépendantiste en exil, Carles Puigdemont, devait être investi président de la Catalogne, ajoutant que la session ne reprendrait que lorsqu’il obtiendrait des garanties que le gouvernement central espagnol ne s’immiscera pas dans le processus.

Ce nouveau rebondissement survient après que la Cour constitutionnelle espagnole eut tranché, samedi, que Carles Puigdemont, qui s’est réfugié en Belgique et qui sera fort probablement arrêté s’il retourne en Espagne, ne peut être réélu sans être présent physiquement au parlement à Barcelone.

La cour a également statué que Carles Puigdemont devait obtenir la permission du juge présidant l’enquête avant de se présenter au parlement.

Le parti indépendantiste a porté la décision en appel, mais il a été débouté mardi par la Cour constitutionnelle.

Les députés, dont ceux du parti de Carles Puigdemont, ont été pris par surprise par la suspension de la session parlementaire. On ne sait pas quand le parlement reprendra ses activités.

«Je ne vais pas proposer un candidat autre que Carles Puigdemont», a déclaré mardi le président du parlement catalan Roger Torrent. «Le président Puigdemont a le droit d’être investi.»

«Le gouvernement espagnol et la cour constitutionnelle veulent violer les droits de millions de Catalans et nous n’accepterons pas cela», a-t-il ajouté.

Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy y est allé d’une suggestion, mardi, demandant au parlement catalan de choisir comme président un autre député qui ne fait face à aucune accusation criminelle.