Un migrant se repose à Tijuana au Mexique, près de la frontière américaine.

Le nombre d’immigrés clandestins aux États-Unis au plus bas depuis 2004

WASHINGTON — Le nombre d’immigrés sans-papiers aux États-Unis est tombé à 10,7 millions, au plus bas depuis l’année 2004, selon une étude de l’institut de recherches Pew basée sur des statistiques gouvernementales américaines de 2016.

Cette baisse est attribuée à une chute du nombre de Mexicains entrant aux États-Unis.

L’institut Pew estime dans son étude publiée mardi que 12,2 millions de personnes en situation irrégulière se trouvaient aux États-Unis en 2007. Depuis ce pic, le nombre de clandestins a donc baissé de 1,5 million.

La population clandestine venue d’Amérique centrale a pourtant augmenté de 375 000 entre 2007 et 2016.

Les deux tiers des adultes en situation irrégulière sont installés aux États-Unis depuis plus de 10 ans, un chiffre en forte hausse depuis 2007 (41 %).

Le président Donald Trump a fait de l’immigration un thème majeur de sa campagne avant l’élection de 2016, lorsqu’il avait traité les immigrés mexicains de «violeurs».

Message d’extrême fermeté

Avant les élections de mi-mandat du 6 novembre dernier, il avait martelé le même message d’extrême fermeté sur l’immigration.

Alors que des milliers de migrants fuyant la violence et la misère au Guatemala, au Salvador et au Honduras se dirigeaient vers les États-Unis, le milliardaire républicain avait évoqué une «invasion» et assuré, sans fournir de preuve, que «des criminels et des personnes du Moyen-Orient» s’étaient glissés parmi eux.

Mercredi, le département américain de la Sécurité intérieure a annoncé que les gardes-frontières avaient arrêté, près de la frontière mexicaine, un citoyen hondurien qui a reconnu être membre du célèbre gang ultra-violent MS-13. Il a déclaré aux agents avoir voyagé avec un groupe de migrants venus d’Amérique centrale pour demander l’asile aux États-Unis.

«Plus de 600 criminels connus et membres de gangs» ont été identifiés ces dernières semaines dans la «caravane» de migrants, ajoute le département de la Sécurité intérieure, sans donner plus de détails.

La promesse de campagne du président Trump, construire un mur à la frontière avec le Mexique, n’est toujours pas réalisée.