Le fils du président américain Donald Trump, Eric Trump, est président de Seven Springs et vice-président de la Trump Organization.
Le fils du président américain Donald Trump, Eric Trump, est président de Seven Springs et vice-président de la Trump Organization.

Le fils de Trump pourrait être contraint de témoigner dans une enquête pour fraude

Michael Hill
Associated Press
Michael Balsamo
Associated Press
NEW YORK — La procureure générale de New York a demandé lundi à un tribunal d’assigner des témoins à comparaître dans une enquête visant à déterminer si le président Donald Trump et ses entreprises ont gonflé les actifs de leurs états financiers.

La procureure générale Letitia James, une démocrate, a déposé la demande devant le tribunal de première instance de New York, nommant la Trump Organization, qui regroupe les activités commerciales du président, comme défendeur avec d’autres entités commerciales. Le document mentionne également Eric Trump et le domaine Seven Springs, qui appartient à la famille Trump.

Le fils de M. Trump, qui est président de Seven Springs et vice-président de la Trump Organization, devrait donc être contraint de témoigner.

L’enquête se concentre sur la question de savoir si la Trump Organization et le président ont gonflé la valeur des actifs pour obtenir des prêts ainsi que des avantages économiques et fiscaux. Les enquêteurs cherchent à savoir si l’organisation et ses représentants ont augmenté de façon inappropriée la valeur de la propriété de Seven Springs, au nord de la ville de New York.

L’organisation de M. Trump a estimé que l’enquête de la procureure James avait des motivations politiques.

«Bien que nous ayons essayé de coopérer de bonne foi à l’enquête à chaque tournant, le harcèlement continu du bureau du procureur général de New York contre l’entreprise à l’approche des élections [et le dépôt de cette requête au premier jour de la convention républicaine] confirme une fois de plus que cette enquête n’est qu’une affaire politique», affirme un communiqué envoyé par l’organisation. «Nous répondrons à cette requête le cas échéant.»

L’enquête a été ouverte en mars 2019 après que l’avocat personnel de longue date du président, Michael Cohen, a déclaré au Congrès que M. Trump avait gonflé la valeur de ses actifs pour obtenir des conditions de prêts et d’assurance plus favorables.