La «Dame de fer» a accueilli 6,2 millions de visiteurs en 2017.

La Tour Eiffel rouverte vendredi

PARIS — La Tour Eiffel, monument symbole de Paris et haut lieu du tourisme mondial, est rouvert au public depuis vendredi matin, après un jour et demi de fermeture en raison d’une grève, tombée au plus mal en plein coeur de l’été.

La célèbre tour métallique de 300 mètres de haut en bord de Seine accueiller à nouveau les visiteurs vendredi à partir de 9h, a annoncé sa direction.

«Le mouvement social d’une partie du personnel de la Société d’Exploitation de la Tour Eiffel (SETE) a pris fin», a annoncé dans un communiqué jeudi soir la SETE, les représentants du personnel saluant de leur côté un accord avec la direction.

«La SETE tient à renouveler ses excuses à l’ensemble des visiteurs qui ont trouvé portes closes», a-t-elle assuré, ajoutant que les visiteurs disposant de billets valables pendant la période de fermeture de la tour Eiffel les 1er et 2 août se verront remboursés.

Conflit sur les conditions d’accueil

Au cœur du conflit, pas de revendication salariale, mais les conditions d’accueil des touristes munis de billets horodatés, qui permettent d’accéder à la Tour à des créneaux prédéfinis. Ces billets représentent depuis début juillet 50% des billets vendus (contre 20% auparavant).

La SETE a réaffirmé son attachement au système des billets horodatés vendus en ligne, «unique levier permettant à terme de désengorger les files d’attente» selon elle.

La réouverture devrait en tout cas ravir les touristes, très déçus mercredi et jeudi de ne pas pouvoir gravir les quelque 300 mètres du monument.

«Je suis très déçue. [...] On s’est levé à 06h heures ce matin pour venir voir la Tour Eiffel, on est arrivé parmi les premiers, mais bon, c’est fermé», déplorait sur place jeudi matin Adèle Liliane, arrivée deux jours plus tôt de Montréal.

«Je veux monter, évidemment, c’est la Tour Eiffel. Quand tu viens à Paris, tu veux voir la Tour Eiffel. [...] Je ne vais pas mentir, je suis agacé et ça va gâcher notre voyage», a grondé jeudi Robin Frye, venue de Birmingham et pour la première fois à Paris.

«Je crois que les gens s’attendent à faire la queue pendant un petit moment. C’est une grosse attraction, mais ne rien avoir de disponible quand les gens arrivent, ce n’est pas terrible», a déploré Dany Wilkinson, également originaire du Royaume-Uni.

«C’est quand même un peu dommage qu’on ait mis 10 jours» pour arriver à un accord, a regretté un autre visiteur, M. Dieu.

«Moi cette grève, je la comprends un petit peu, l’idée c’est d’améliorer l’accueil des visiteurs», a cependant confié Christine Guillot, une habitante de Strasbourg en visite avec sa famille à Paris. «Je suis venue avec ma petite famille, mes deux enfants, et finalement on est content d’être là quand même. L’idéal c’était au moins de la voir de près cette Tour Eiffel. Tant pis, on montera peut-être une autre fois, on reviendra», concluait-elle.

La «Dame de fer» a accueilli 6,2 millions de visiteurs en 2017.