Paul Whelan, âgé de 48 ans, est un ancien membre des Marines qui avait été relevé de ses fonctions pour une mauvaise conduite. Il est maintenant directeur de sécurité pour un manufacturier de pièces automobiles.

La Russie écarte l'idée d'échanger un prisonnier Américano-Canadien

MOSCOU — Le ministre adjoint des Affaires étrangères de la Russie écarte pour l'instant l'idée d'échanger un détenu américain détenant la citoyenneté canadienne qui est soupçonné d'espionnage, contre une Russe emprisonnée aux États-Unis.

Paul Whelan, qui détient aussi les citoyennetés britannique et irlandaise, a été arrêté à la fin du mois de décembre. Selon certains, les Russes pourraient l'avoir arrêté pour l'échanger contre Maria Butina, une Russe qui a plaidé coupable d'avoir agi comme agente étrangère aux États-Unis.

Le ministre adjoint des Affaires étrangères de la Russie, Sergei Ryabkov, a toutefois dit qu'il était encore trop tôt pour discuter de cette affaire, puisque M. Whelan n'a pas encore été accusé formellement.

Le ministre, qui était cité par l'agence de presse officielle de l'État russe RIA-Novosti, a indiqué que des accusations seraient déposées «dans un avenir proche».

Selon certains reportages russes qui se basaient sur des témoignages anonymes, Paul Whelan fait face à des accusations qui seraient passibles d'une peine de 20 ans de prison.

Les autorités n'ont pas donné de détails sur les activités suspectes de M. Whelan. Il avait d'abord été présenté comme un Américain; ses autres citoyennetés ont été dévoilées vendredi.

L'ambassadeur américain Jon Huntsman a visité M. Whelan mercredi à la prison Lefortovo, à Moscou, un établissement vieux de 130 ans reconnu pour ses conditions strictes. Le Royaume-Uni, le Canada et l'Irlande ont demandé qu'il ait un accès à leurs services consulaires.

Paul Whelan, âgé de 48 ans, est un ancien membre des Marines qui avait été relevé de ses fonctions pour une mauvaise conduite. Il est maintenant directeur de sécurité pour un manufacturier de pièces automobiles.

Selon sa famille, il s'était rendu à Moscou pour assister à un mariage. Dans une lettre ouverte publiée vendredi dans le Washington Post, son frère jumeau David, qui vit à Newmarket en Ontario, a exhorté le gouvernement américain à faire pression sur la Russie pour qu'elle le libère.

«Paul est un frère, un fils et un oncle gentil et attentionné, ainsi qu'un ami généreux et loyal, a-t-il écrit. Il voyage aussi souvent que possible, tant pour le travail que pour le plaisir. Il représente beaucoup de choses pour plusieurs personnes, mais ce n'est pas un espion.»

Paul Whelan avait un compte sur la plateforme VKontakte, un média social semblable à Facebook qui est populaire parmi les Russes. Son compte démontrait qu'il avait plusieurs contacts parmi les Russes.