Les relations entre la Chine et le Canada se sont fortement dégradées depuis l’arrestation fin 2018 à Vancouver d’une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, suivie de l’arrestation en Chine de deux ressortissants canadiens.
Les relations entre la Chine et le Canada se sont fortement dégradées depuis l’arrestation fin 2018 à Vancouver d’une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, suivie de l’arrestation en Chine de deux ressortissants canadiens.

La Chine appelle ses citoyens au Canada à la «prudence»

PÉKIN — La Chine a mis en garde lundi ses ressortissants contre les «fréquents incidents violents» au Canada et appelé «à la prudence», dans un contexte de vives tensions entre les deux pays.

Les relations entre les deux pays se sont fortement dégradées depuis l’arrestation fin 2018 à Vancouver d’une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, suivie de l’arrestation en Chine de deux ressortissants canadiens.

«Récemment, le Canada a connu de fréquents incidents violents impliquant les forces de l’ordre, qui ont donné lieu à un certain nombre de manifestations», a indiqué dans un bref communiqué le ministère chinois des Affaires étrangères.

«Les citoyens chinois doivent être très attentifs à leur sécurité» et «faire preuve de prudence», a-t-il écrit.

Le communiqué ne précise pas quels sont ces «incidents violents».

Lundi déjà, la Chine a adressé une mise en garde au Canada contre une nouvelle dégradation des relations bilatérales, après les sanctions annoncées par Ottawa à la suite de la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée à Hong Kong.

Le Canada avait annoncé vendredi suspendre son traité d’extradition avec l’ex-colonie britannique ainsi que ses exportations de matériel militaire «sensible».

«La Chine condamne fermement [les sanctions canadiennes] et se réserve le droit de prendre des mesures complémentaires», a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

«Le Canada devra en assumer toutes les conséquences», a-t-il dit.

Pour M. Zhao, ces décisions constituent «une violation grave du droit international» ainsi qu’une «ingérence» dans les affaires chinoises.

«La Chine appelle le Canada à rectifier immédiatement ses erreurs […] afin d’éviter une nouvelle dégradation des relations» entre les deux pays, a-t-il averti.

Plusieurs pays ont appelé la Chine à revenir sur sa loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, qui fait craindre à l’opposition démocrate locale un grave recul des libertés en vigueur dans la Région administrative spéciale revenue à la Chine en 1997.