64 personnes ont péri dimanche dans l'incendie d'un centre commercial à Kemerovo, ville industrielle en Sibérie occidentale.

Incendie mortel dans un centre commercial en Russie

MOSCOU - Les autorités russes ont mis en cause lundi de graves négligences dans l’incendie qui a ravagé un centre commercial à Kemerovo en Sibérie, faisant au moins 64 morts dont neuf enfants.

Les services de secours ont annoncé avoir inspecté la totalité des étages de ce centre commercial à la recherche des corps des victimes, alors que le toit du centre commercial s’est presque entièrement effondré, recouvrant 1500 km2 de gravats, selon les agences russes.

L’incendie avait été maîtrisé vers 17H30 dimanche, plus de six heures après son déclenchement, mais de la fumée a de nouveau commencé à s’échapper du bâtiment lundi matin, mobilisant une fois encore les lances à eau des pompiers.

«Actuellement, la mort de 64 personnes a été confirmée», a indiqué le comité d’enquête sur son canal Telegram.

Au moins neuf enfants figurent parmi les victimes, selon une porte-parole locale du ministère des Situations d’urgence, Borissa Dedioukhina, citée par l’agence Ria Novosti.

Les autorités locales, qui ont annoncé un deuil de trois jours dans cette ville de près de 550.000 habitants, ont annoncé avoir trouvé de «nombreuses violations» des normes de sécurité dans le centre commercial, parmi lesquelles une absence de signalisation en cas d’incendie et des sorties de secours fermées à clé dans le cinéma où s’est déclaré l’incendie.

«La question est la suivante: pourquoi les portes étaient-elles fermées?», s’est indigné le vice-gouverneur de la région, Vladimir Tchernov, cité par l’agence TASS.

Le président russe, Vladimir Poutine, a présenté ses «profondes condoléances» aux proches des victimes par la voix de son porte-parole, Dmitri Peskov.

Un enfant de 11 ans et une jeune fille de 18 ans qui ont sauté du troisième étage pour échapper aux flammes sont hospitalisés et se trouvent dans un état grave, a indiqué la ministre de la Santé Veronika Skvortsova, à la télévision Rossia 24.

Neuf autres personnes ont été hospitalisées. Les autres blessés «se trouvent dans un état presque satisfaisant mais il faut prendre en compte que nombre d’entre eux ont perdu des membres de leur famille et certains d’entre eux, leurs enfants», a déclaré la ministre de la Santé.

Le comité d’enquête russe a annoncé l’ouverture d’une enquête criminelle pour «violation des règles de sécurité» et l’arrestation de quatre personnes, parmi lesquelles le locataire du local où s’est déclenché l’incendie ainsi que le directeur de la société gérant le centre commercial.

Doté d’un sauna, de plusieurs salles de cinéma et de restaurants ainsi que d’une salle de bowling, le centre commercial était très fréquenté dimanche.

Négligence?

«La cause de l’incendie est la négligence. Les normes de sécurité sont fixées, mais la manière dont elles sont respectées est la cause catastrophique de tout le malheur que nous voyons aujourd’hui», a regretté à la télévision la déléguée aux droits de l’enfant auprès du Kremlin, Anna Kouznetsova rappelant que de tels centres commerciaux «existent dans quasiment toutes les régions».

Des témoins de l’incendie ont expliqué à la télévision russe ne pas avoir entendu les alertes incendies.

«Il n’y a eu aucune annonce, les gens ont juste commencé à courir vers la sortie. Ensuite, il y a eu une odeur de brûlé. On a commencé à comprendre que ce n’était pas un exercice», a déclaré une femme à la télévision Rossia 24.

Selon Konstantin, un autre témoin interrogé par la radio BFM, des classes d’enfants venus des villages avoisinants se trouvaient dans le cinéma au moment de l’incendie, dans des salles qui avaient été fermées à clé par les accompagnateurs.

Des centaines de personnes se sont portées volontaires pour donner leur sang pour les victimes, selon les autorités locales.

Tous les ans, de nombreuses personnes périssent dans des incendies en Russie, qui souffre d’infrastructures en piteux état datant souvent de l’époque soviétique et où les mesures de sécurité sont observées de manière laxiste.

En août 2016, au moins 16 travailleurs immigrés d’Asie centrale avaient trouvé la mort dans l’incendie d’un entrepôt d’imprimerie au nord de Moscou.

En décembre 2015, 23 patients d’un hôpital psychiatrique du sud-ouest de la Russie avaient péri dans l’incendie d’un bâtiment en bois. En 2013, deux autres incendies dans des établissements psychiatriques avaient provoqué respectivement la mort de 37 et 38 personnes.