Le bilan du nombre de personnes qui ont contracté le virus potentiellement mortel est passé à 14 550.

Coronavirus: 304 morts en Chine et 14 550 personnes infectées dans le monde

PÉKIN — Dimanche, le bilan de l’éclosion du coronavirus en Chine est passé à 304 morts selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a même conseillé aux autres pays de se préparer à «un contrôle d’épidémie à l’échelle nationale» si le virus se propageait chez eux, alors que de plus en plus de pays signalent des infections locales.

Sur la planète, le nombre de personnes qui ont contracté le virus potentiellement mortel est passé à 14 550.

Pendant ce temps, six fonctionnaires de Huanggang, ville voisine de Wuhan, l’épicentre du virus, dans la province du Hubei, ont été licenciés pour «mauvaise performance» dans la gestion de l’épidémie, a rapporté l’agence de presse officielle Xinhua.

L’agence a cité le maire indiquant que «les capacités de la ville à traiter les patients restaient insuffisantes et qu’il y avait une grave pénurie de fournitures médicales telles que des combinaisons de protection et des masques médicaux».

Par ailleurs, le gouvernement chinois a critiqué la décision des États-Unis d’interdire l’entrée au pays à la plupart des étrangers qui ont séjourné dans l’Empire du Milieu au cours des deux dernières semaines.

L’Australie, par la bouche de son premier ministre Scott Morrison, a annoncé samedi des mesures similaires.

La Corée du Sud et l’Inde ont rapatrié plusieurs centaines de citoyens de Wuhan, la ville située à l’épicentre de l’éclosion du coronavirus. Ces évacués doivent subir une période de quarantaine de deux semaines. L’Indonésie a aussi envoyé un avion pour rapatrier ses ressortissants.

Le nombre de cas confirmés en Chine a atteint 14 380 , ce qui dépasse le nombre de personnes atteintes par le SRAS en 2002-2003. La propagation rapide du virus depuis deux moins a incité l’OMS à déclarer un état d’urgence à l’échelle mondiale.

Selon le représentant de l’OMS en Chine, Gauden Galea, les gouvernements doivent se préparer à une propagation du virus chez eux. Jusqu’à présent, la plupart des cas signalés en dehors de la Chine concernaient des personnes ayant visité ce pays ou des membres de leur famille.

M. Galea a dit que l’OMS avait déclaré un état d’urgence afin d’aider les pays pauvres qui pourraient être mal équipés pour répondre à la crise.

Transmission interhumaine

L’OMS s’est déclarée particulièrement préoccupée par le fait que certains cas à l’étranger impliquaient une transmission interhumaine.

«Les pays doivent se préparer à une éventuelle importation afin d’identifier les cas le plus tôt possible et afin d’être prêts pour un contrôle national, si cela se produit», a souligné M. Galea à l’Associated Press.

Vendredi, les États-Unis ont déclaré une urgence de santé publique et le président Donald Trump a signé une ordonnance interdisant l’entrée aux ressortissants étrangers qui ont visité la Chine au cours des 14 derniers jours.

Pékin a critiqué cette mesure et condamné les «commentaires hostiles» voulant que le gouvernement chinois ne coopère pas.

«À l’encontre de l’OMS qui a recommandé de ne pas restreindre les déplacements, les États-Unis se sont précipités dans le sens inverse. Ce n’est certainement pas un geste de bonne volonté», a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying.

Samedi, une autre ville du Hubei, Huanggang, a interdit à presque tous les résidents de quitter leur domicile sous le contrôle le plus strict jamais imposé. Le gouvernement a déclaré qu’une seule personne par ménage sera autorisée à acheter de la nourriture une fois tous les deux jours.

À partir de dimanche, les États-Unis dirigeront des vols en provenance de Chine vers sept grands aéroports où les passagers pourront être contrôlés. Ceux qui reviennent de la province du Hubei seront soumis à une quarantaine de 14 jours.

American Airlines, British Airways, Finnair et Cathay Pacific à Hong Kong ont annulé ou réduit leurs liaisons avec la Chine continentale. Le Vietnam a suspendu tous ses vols vers la Chine. Delta Air Lines a annoncé samedi qu’elle accélérait ses plans de suspension de ses vols entre les États-Unis et la Chine, le dernier vol en provenance de Chine partant dimanche.

Des pays comme le Bangladesh, l’Inde, l’Indonésie, le Sri Lanka, la Corée du Sud et la Turquie ont tous évacué des citoyens de Chine samedi. Le Kremlin a déclaré que la Russie utiliserait ses avions de l’armée de l’air à partir de samedi pour les évacuations.

Le ministre allemand de la Défense a déclaré qu’un avion transportant 128 passagers, pour la plupart des citoyens allemands, s’était vu refuser l’autorisation d’atterrir et de faire le plein à Moscou, en raison d’un problème de capacité, selon les Russes. L’avion de transport militaire a dû se dérouter vers Helsinki, en Finlande, avant d’atterrir à Francfort. Aucune des personnes à bord n’était suspectée d’infection, mais elles seront toutes mises en quarantaine dans une base militaire pendant deux semaines par mesure de précaution, selon le ministère allemand des Affaires étrangères.

Au moins 24 pays ont signalé des cas depuis que la Chine a informé l’OMS de l’apparition du nouveau virus à la fin du mois de décembre.

L’Australie, le Japon, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, les États-Unis et le Vietnam ont tous signalé samedi de nouveaux cas. L’Espagne a confirmé son premier cas: un homme allemand qui a eu des contacts étroits avec une personne infectée en Allemagne, puis s’est rendu aux îles Canaries avec des amis. Quatre amis qui ont été hospitalisés avec lui n’ont présenté aucun symptôme. 

+

LES PHILIPPINES SIGNALENT UN PREMIER DÉCÈS HORS DE LA CHINE (OMS)

MANILLE — Les Philippines ont signalé dimanche le premier décès en dehors de la Chine d'une personne atteinte du nouveau coronavirus qui a fait déjà plus de 300 morts et s'est propagé dans de nombreux pays étrangers, a annoncé l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La victime est un Chinois de 44 ans originaire de la ville de Wuhan, où a émergé ce virus, et il aurait été infecté avant son arrivée aux Philippines.

«Il s'agit du premier décès signalé en dehors de la Chine», a déclaré à la presse Rabindra Abeyasinghe, représentant de l'OMS aux Philippines.

«Cependant, nous devons garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas d'un cas qui a été contaminé localement. Ce patient venait de l'épicentre de cette épidémie», a souligné M. Abeyasinghe.

Cet homme, décédé dans un hôpital de Manille, était arrivé aux Philippines en compagnie d'une Chinoise de 38 ans qui a également été testée positive au virus, a déclaré le secrétaire d'État à la Santé, Francisco Duque.

Cette femme, actuellement en cours de rétablissement dans un hôpital de la capitale, est le premier cas de coronavirus recensé aux Philippines. 

L'annonce de ce décès est intervenue peu de temps après la décision des Philippines de ne plus accepter de voyageurs étrangers en provenance de Chine.

Le gouvernement philippin a également conseillé à ses ressortissants de ne pas se rendre en Chine, à Hong Kong et à Macao. Par AFP