Une membre du groupe Extinction Rebellion affiche clairement ses couleurs lors de la London Fashion Week à Londres, dimanche.

Ces militants climat qui veulent vous faire appuyer sur le bouton panique

PARIS — L’humanité a creusé sa propre tombe et a déjà un pied dedans: c’est l’analyse portée par Extinction Rebellion, un réseau de militants pour le climat qui prônent la désobéissance civile pour dénoncer l’inaction climatique mondiale.

Le mouvement qui prend rapidement son envol depuis sa naissance à l’automne, pense que l’homo sapiens est condamné à de terribles souffrances, voire pire.

Selon ces militants, déjà présents dans des dizaines de pays, une lecture attentive des preuves scientifiques révèle que les appétits de l’Homme et son empreinte sur la planète ont fait basculer la Terre dans une ère d’extinction de masse dont les êtres humains ne sont pas exempts. Et dire le contraire relève d’un déni du réchauffement.

«Le but est vraiment de réveiller les gens pour qu’ils prennent conscience de cette situation critique», explique Sara Arnold, designer de 32 ans qui a participé à des campagnes au Royaume-Uni, comme celle qui bloqué partiellement dimanche la circulation autour d’un événement de la Fashion week de Londres.

«Nous voulons que les gens commencent à digérer la réalité du changement climatique», insiste-t-elle.

Les climatologues s’accordent pour dire qu’une poursuite des émissions de gaz à effet de serre au rythme actuel conduira inévitablement à une planète «étuve» invivable.

Mais ils divergent quant à la capacité de l’humanité à mettre en place des outils suffisamment efficaces pour limiter les impacts dévastateurs du réchauffement et s’y adapter.

«Les gens imaginent que nous trouverons une solution, que nous avons encore le temps», commente Doug McAdam, professeur de sociologie à l’université de Standford. «Beaucoup ne voient pas la crise telle qu’elle est», dit-il à l’AFP.

Alors pour revenir à la réalité, il ne faut pas surestimer l’humanité, notent ces militants, qui considèrent que les discours sur une solution possible, tenus par les gouvernements ou certaines ONG, sont des illusions voire des mensonges.

«Notre première demande aux gouvernements est qu’ils disent la vérité sur l’urgence écologique», explique Liam Geary Baulch, militant de la première heure d’Extinction Rebellion.

Pourquoi ce mouvement d’un nouveau type émerge-t-il maintenant ?

D’abord l’impatience: malgré 24 conférences annuelles de l’ONU sur le climat, le réchauffement va plus vite que les efforts pour le contrer.

+

Le groupe Extinction Rebellion a manifesté lors de la London Fashion Week à Londres, dimanche.

+

«Droit de se rebeller»

«Nous devons reconnaître que nous avons échoué», constate ainsi la jeune militante suédoise Greta Thunberg, 16 ans, devenue le visage de la mobilisation des jeunes à travers le monde.

Dans le même temps, la science délivre les mauvaises nouvelles à un rythme effréné, avec un message clair: c’est encore pire qu’on le pensait.

Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence qu’Extinction Rebellion soit né après la publication d’un rapport du groupe d’experts sur le climat du Giec qui souligne que seule une transformation drastique et rapide de l’économie mondiale pourra éviter la catastrophe annoncée.

Mais ces nouveaux militants, souvent jeunes, disent se démarquer des autres défenseurs du climat.

D’abord, ils rejettent ce qu’ils décrivent comme l’optimisme mensonger des ONG plus installées.

«Les adultes disent qu’il faut donner de l’espoir aux jeunes», notait en janvier Greta Thunberg devant les patrons du Forum de Davos. «Je ne veux pas de votre espoir, mais je veux que vous commenciez à paniquer».

Pour Extinction Rebellion, cela veut dire s’autoriser à être émotionnellement accablé par les alertes de la science, alors que beaucoup estiment au contraire que les messages catastrophistes risquent de pousser les gens à abandonner le combat.

«Nous devons faire notre deuil des vies que nous avons déjà perdues en raison du changement climatique, humaines ou autres», plaide Liam Geary Baulch.

Un deuil qui mène à la philosophie du mouvement, en franchissant un cap psychologique sans retour. «Aujourd’hui, je vois tout sous l’angle du changement climatique», explique Sara Arnold.

Ces militants sont également prêts à se mettre en danger, dans la lignée des grandes campagnes de désobéissance civile du XXe siècle. Ils ont ainsi appelé des milliers de leurs partisans à bloquer le centre de Londres à partir du 15 avril, pour la «semaine internationale de la rébellion».

«La rébellion est justifiée par l’échec de l’ordre établi», plaide la fondatrice d’Extinction Rebellion Gail Bradbrook dans le discours qu’elle répète sans cesse dans les  maisons de quartiers, églises et universités britanniques.

«Quand un gouvernement ne peut pas protéger les vies et les ressources de ses citoyens, comme c’est le cas avec le changement climatique, la population a le droit de se rebeller».