Lundi, Donald Trump a encore reçu à la Maison-Blanche une équipe championne américaine avec du fast-food.

Burgers et poulet frit à la Maison-Blanche (encore)

WASHINGTON — C’est la deuxième fois de l’année qu’il reçoit des athlètes universitaires et Donald Trump n’a pas changé le menu lundi : fast-food pour tout le monde à la Maison-Blanche.

Le président des États-Unis a reçu les joueurs de football américain de North Dakota State University, récents champions d’une ligue du championnat universitaire (NCAA).

«On aurait pu avoir des chefs cuisiniers», a expliqué M. Trump aux joueurs et au staff de l’équipe rassemblés dans un des salons de la Maison-Blanche, devant des hamburgers de McDonald’s, des frites et du poulet frit de la chaîne Chick-fil-A.

Des fast-foods populaires aux États-Unis, mais pas connus pour la bonne qualité de leurs produits.

«Mais vous les gars, je vous connais bien», a ajouté Donald Trump. «Servez-vous, on peut manger ici».

En janvier, l’équipe de football des Tigers de Clemson avait été accueillie avec des pizzas et des hamburgers par le 45e président des États-Unis.

Le septuagénaire, 1 m 90 pour 110 kilos, est connu pour son amour du fast-food malgré les recommandations du médecin de la Maison-Blanche, qui lui a demandé de faire plus attention à son alimentation.

M. Trump a pris deux kilos cette année, faisant passer son indice de masse corporelle à 30, soit le début de la catégorie de l’obésité.

+

TRUMP DÉMENT QUE L'ARRÊT DES MANOEUVRES AVEC L'ARMÉE SUD-CORÉENNE SOIT UNE CONCESSION À KIM

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a assuré lundi que l'abandon des grandes manœuvres militaires avec l'armée sud-coréenne n'était pas une concession au leader nord-coréen Kim Jong-Un, qu'il a rencontré la semaine dernière au Vietnam.

«Les exercices militaires, ou les jeux de guerre comme je les appelle, n'ont même jamais été discutés pendant ma réunion avec Kim Jong-Un», a tweeté M. Trump.

«J'ai pris cette décision il y a longtemps parce que ça coûte aux États-Unis beaucoup trop d'argent d'avoir ces “jeux”, d'autant qu'on ne nous rembourse pas leur coût énorme!» a-t-il ajouté.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont annoncé dimanche, trois jours après ce sommet qui s'est conclu sans accord, qu'ils mettaient fin à leurs exercices militaires annuels conjoints de grande envergure, qui déclenchent régulièrement la colère de la Corée du Nord.

Ces deux exercices, baptisés Key Resolve et Foal Eagle, seront remplacés par des manœuvres plus limitées «afin de préserver une solide préparation militaire» des forces stationnées en Corée du Sud, a indiqué le ministère sud-coréen de la Défense dans un communiqué.

30 000 militaires américains

Près de 30 000 militaires américains sont déployés en Corée du Sud. Les manœuvres de grande ampleur qu'ils menaient régulièrement avec les forces sud-coréennes ont toujours irrité les Nord-Coréens au plus haut point. Pyongyang les voit comme des répétitions préalables à une invasion.

Si M. Trump a exclu de retirer les forces américaines de Corée du Sud, il a maintes fois fustigé le coût des manœuvres, et encore la semaine dernière lors de sa conférence de presse à Hanoï.