Des supporters de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, ont manifesté leur appui, dimanche.

Brésil: le président d’une cour d’appel maintient Lula derrière les barreaux

SAO PAOLO, Brésil — Le président d’une cour d’appel du Brésil a dû arbitrer une partie de bras de fer opposant certains de ses collègues de son instance judiciaire au sujet de l’avenir immédiat de l’ancien président du pays, Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula.

L’imbroglio a commencé lorsque le juge de permanence du tribunal régional de la quatrième région, Rogerio Favreto, avait ordonné la libération de Lula.

Le juge qui avait condamné Lula en avril est celui qui devait remettre l’ordonnance de M. Favreto à la police. Or, ce juge a tout simplement demandé à la police de surseoir à l’exécution de cet ordre.

Un troisième juge, celui qui s’occupe du dossier Lula au tribunal régional de la quatrième région, Joao Gebran Neto, a infirmé la première décision de M. Favreto. Selon deux experts juridiques, la décision du juge Neto avait préséance sur celle de son collègue.

Mais M. Favreto en a fait fi et ordonné une deuxième fois la libération de Lula, cette fois-ci, précisant que l’ancien chef d’État devait être libéré dans l’heure suivant son annonce.

Dimanche soir, le juge Carlos Eduardo Thompson Flores Lenz a dû intervenir. Il a ordonné que Lula demeure derrière les barreaux.

Lula avait commencé à purger sa peine d’emprisonnement de 12 ans en avril après avoir été reconnu coupable relativement à une affaire de corruption. Il a toujours nié les faits. Sa condamnation et son emprisonnement divisent les Brésiliens.

Quelques heures après la première décision du juge Favreto, quelques centaines de partisans de Lula se sont rassemblés devant le quartier général de la police, agitant des drapeaux où était dessiné son visage et scandant «Libérez Lula». L’ambiance était festive et l’est demeurée quand la décision a été infirmée une première fois.

Selon le juge Favreto, l’emprisonnement de Lula le prive de deux droits fondamentaux: le droit de rester libre le temps que soient jugés d’autres recours dans des instances supérieures et son éligibilité en vue de l’élection présidentielle d’octobre. Lula a annoncé qu’il demeurait candidat et il arrive en tête des sondages.