Comme pour Lion Air, qui a subi un accident similaire en octobre dernier, la compagnie Ethiopian Airlines est réputée être un transporteur sérieux.

Boeing 737 MAX 8: deux tragédies en quelques mois

WASHINGTON — Pour la deuxième fois en quelques mois, un Boeing 737 MAX 8 s’est écrasé quelques minutes après son décollage, soulevant de nouvelles questions sur les débuts de cet appareil essentiel pour le constructeur américain.

Les 157 passagers et membres de l’équipage qui avaient pris place à bord du vol d’Ethiopian Airlines sont morts dimanche, a confirmé la compagnie.

Cette tragédie survient après celle de Lion Air fin octobre. L’appareil moyen-courrier de la compagnie à bas coûts indonésienne s’était, lui, abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes.

«Il est trop tôt pour faire des commentaires pertinents», a réagi Richard Aboulafia, expert aéronautique chez Teal Group, interrogé sur les circonstances de l’accident et les similarités entre les deux tragédies.

À LIRE AUSSI: Écrasement en Éthiopie: 18 Canadiens parmi les victimes [VIDÉO+PHOTOS]

Seules les données du vol et les conversations dans le cockpit contenus dans les deux boîtes noires de l’appareil pourront donner des éléments tangibles sur les causes de l’accident : problèmes techniques, erreur de pilotage ou la combinaison de plusieurs facteurs.

Pour l’heure, «le pilote a mentionné qu’il avait des difficultés et qu’il voulait rentrer» et «il a eu l’autorisation» de faire demi-tour et de repartir vers Addis Abeba, a indiqué le pdg de la compagnie, Tewolde GebreMariam, lors d’une conférence de presse à Addis Abeba. On sait en outre que les conditions météo étaient bonnes dimanche matin à Addis Abeba.

Coïncidence ou répétition?

«Il s’agit du même avion. Comme pour Lion Air, l’accident se passe très peu de temps après le décollage et les pilotes ont diffusé des messages pour dire qu’ils étaient en difficulté puis il y a eu perte de l’avion. Il est difficile de dire que cela ne ressemble pas au premier accident», concède un expert aéronautique, qui a requis l’anonymat.

«Il s’agit seulement de similarités et la comparaison s’arrête là dans la mesure où nous n’avons pas d’information fiable à ce stade», a insisté de son côté Michel Merluzeau, directeur de Aerospace & Defence market Analysis.

Dans les deux cas, les compagnies sont en outre réputées pour être des transporteurs sérieux.

Depuis l’accident de Lion Air, le 737 MAX suscite de nombreuses interrogations dans la communauté aéronautique alors que ce programme avait eu des problèmes lors du développement de l’appareil.

L’avionneur Boeing avait même décidé de suspendre en mai 2017 les vols tests du programme 737 MAX, en raison d’un problème de qualité de fabrication du moteur produit par CFM, coentreprise de l’américaine General Electric et du français Safran.

Fin janvier, 350 exemplaires du nouveau biréacteur et mono-couloir avaient été remis à leurs acquéreurs, sur 5011 commandes enregistrées par Boeing, soit un carnet de commandes équivalent à plus de sept ans de production au rythme actuel.

Ce nouvel accident est un coup dur pour Boeing dont la famille des moyen-courriers MAX est la version remotorisée du 737, best-seller de tous les temps avec plus de 10 000 exemplaires produits.

«Le MAX est un programme essentiel pour Boeing pour la prochaine décennie. Il représente 64 % de la production totale du constructeur jusqu’en 2032 et il a des marges opérationnelles significatives», explique Michel Merluzeau.

Dimanche, Boeing s’est déclarée «profondément attristée d’apprendre la disparition des passagers et de l’équipage du vol Ethiopian Airlines 302», précisant qu’une équipe technique était disponible pour aider l’enquête.

+

DES ACCIDENTS MEURTRIERS EN AFRIQUE

PARIS — Rappel des accidents d’avion les plus meurtriers depuis 15 ans en Afrique, après l’écrasement dimanche d’un Boeing 737 d’Ethiopian Airlines, peu après son décollage d’Addis Abeba, avec 157 personnes à bord.

2018: 257 morts en Algérie

Le 11 avril 2018, un Iliouchine 76 de l’armée algérienne s’écrase peu après son décollage de la base aérienne de Boufarik, à une trentaine de kilomètres au sud d’Alger, avant de s’enflammer, faisant 257 morts, majoritairement des militaires et des membres de leurs familles.

2014: 116 morts au Mali

Le 24 juillet 2014, un McDonnell Douglas MD-83 de la compagnie Air Algérie s’écrase près de Gossi (nord), 50 minutes après avoir décollé d’Ouagadougou à destination d’Alger. La tragédie fera 116 morts dont 54 Français et les six membres de l’équipage, tous espagnols.

2012: 159 morts au Nigeria

Le 3 juin 2012, un McDonnell Douglas MD-83 de la compagnie intérieure Dana, avec à son bord 153 personnes, heurte de plein fouet un immeuble de deux étages d’un quartier populaire de Lagos avant de s’embraser, à proximité de l’aéroport international de la capitale économique. Il y aura 159 morts, dont six personnes au sol.

2010: 103 morts en Libye

Le 12 mai 2010, un Airbus A330-200 de la compagnie libyenne Al-Afriqiyah, en provenance de Johannesburg, s’écrase au moment de l’atterrissage sur l’aéroport de Tripoli, faisant 103 morts, dont 70 Néerlandais. Un enfant de neuf ans avait été rescapé.

2009: 152 morts aux Comores

Le 30 juin 2009, un Airbus A310 de la compagnie yéménite Yemenia s’abîme au large des Comores peu avant son atterrissage de nuit à l’aéroport de Moroni, avec 153 personnes à bord (dont 66 Français). Une adolescente de 12 ans survit, accrochée pendant 11 heures à un débris de l’appareil.

2007: 114 morts au Cameroun

Le 5 mai 2007, un Boeing 737-800 de la compagnie Kenya Airways transportant 114 personnes s’écrase dans le sud-ouest du Cameroun, peu après son décollage de l’aéroport de Douala où sévissait un violent orage. L’avion  assurait la liaison Abidjan-Nairobi via Douala.

2005: 107 morts au Nigeria

Le 10 décembre 2005, un DC-9 d’une compagnie privée nigériane s’écrase en flammes à l’aéroport de Port Harcourt (sud). Sur les 110 personnes à bord, trois survivent. Plus de 70 élèves du prestigieux collège jésuite Loyola, près d’Abuja, ont été tués dans l’accident.

2005: 117 morts au Nigeria

Le 22 octobre 2005, un Boeing 737 de la compagnie nigériane Bellview Airlines s’écrase à 60 kilomètres au nord de Lagos, peu après son décollage à destination d’Abuja, entraînant la mort de ses 111 passagers et six membres d’équipage.

2004: 148 morts en Égypte

Le 3 janvier 2004, un Boeing 737 de la compagnie égyptienne Flash Airlines s’abîme en mer Rouge, quelques minutes après son décollage de la station balnéaire de Charm El-Cheikh (est). Les 148 passagers et membres d’équipage périssent, dont 134 touristes français.