Michael Bloomberg s'est récemment présenté comme candidat à l'investiture démocrate en vue de la campagne présidentielle de 2020.
Michael Bloomberg s'est récemment présenté comme candidat à l'investiture démocrate en vue de la campagne présidentielle de 2020.

Bloomberg News épinglée pour favoritisme envers son patron

AFP
Agence France-Presse
NEW YORK — Embarrassant pour l’agence d’informations Bloomberg: elle a dû procéder à une modification pour éviter que les utilisateurs de ses terminaux qui taperaient «MIKE» dans la ligne de recherche ne soient renvoyés sur le site de campagne de Michael Bloomberg, son patron et candidat à la présidentielle.

C’est le Financial Times qui avait détecté le problème, et l’avait signalé à Bloomberg News. Ty Trippet, porte-parole de l’agence du milliardaire new-yorkais, a indiqué jeudi que le lien avait été modifié.  

«Nous avions mis à jour cette fonction pour qu’elle renvoie à la page de biographie, comme c’est le cas pour tous (les dirigeants)», a expliqué M. Trippet dans un tweet destiné au responsable du Financial Times. «Merci de nous avoir signalé ce qui était clairement un oubli lorsque le site (biographique de Michael Bloomberg) est devenu son site de campagne».

Le site personnel de Michael Bloomberg a en effet été modifié, peu avant son entrée officielle le 24 novembre dans la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine, pour devenir son site de campagne, www.mikebloomberg.com.

L’incident montre une fois encore que la couverture de l’ex-maire de New York par l’empire d’informations financières qui porte son nom s’annonce délicate.  

Lundi, l’équipe de campagne de Donald Trump a annoncé qu’elle ne donnerait pas d’accréditations pour les évènements de campagne du président américain aux journalistes de Bloomberg News, accusant l’agence de «partialité» dans sa couverture de la présidentielle 2020.

Dès que Michael Bloomberg a annoncé sa candidature, l’agence avait indiqué qu’elle changerait ses règles pour tenir compte de la campagne de son patron : elle a notamment décidé de suspendre ses éditoriaux non signés qui reflétaient les opinions du milliardaire, et annoncé qu’elle n’enquêterait sur aucun candidat démocrate, pour ne pas risquer d’avantager son patron.