Beto O’Rourke et sa femme, Amy Hoover Sanders, à l’Université du Texas à El Paso, en novembre 2018

Beto O’Rourke, étoile montante de l’opposition démocrate aux États-Unis [PHOTOS]

WASHINGTON — Le fringant quadragénaire Beto O’Rourke, étoile montante de l’opposition aux États-Unis, a annoncé jeudi sa candidature pour tenter de battre Donald Trump à la présidentielle de 2020, secouant ainsi une primaire démocrate pour l’instant dominée par deux septuagénaires.

«La seule manière pour nous d’être fidèles aux promesses de l’Amérique est de tout donner pour elle et tout donner pour nous tous», a déclaré le candidat à l’investiture démocrate, 46 ans, dans un message vidéo publié tôt jeudi matin.

Dans cette vidéo d’un peu plus de trois minutes, il s’exprime sans cravate, col de chemise ouvert et assis sur son canapé, aux côtés de sa femme Amy qui le fixe du regard, sans dire un mot. Au menu, des thèmes comme la santé, le vivre ensemble, le réchauffement climatique et les guerres «vieilles de plusieurs décennies», auxquelles il veut «mettre fin».

Surtout, si l’immigration est un problème, c’est «le meilleur problème que l’Amérique puisse avoir», insiste-t-il, en appelant à des solutions pour que les immigrés puissent «travailler, être avec leur famille et fuir les persécutions».

Juste après la diffusion de son annonce, cet ancien punk-rocker à la longue silhouette dégingandée et à l’éloquence et la gestuelle passionnées, s’est exprimé depuis l’Iowa, petit Etat rural à l’importance capitale dans les primaires puisque c’est le premier à voter.

Avec un message d’union à faire passer: «N’importe quel autre démocrate candidat serait bien meilleur que le locataire actuel de la Maison-Blanche».

Il est «vital que nous ne dénigrions ou rabaissions aucun autre candidat» démocrate, a-t-il insisté, toujours sans cravate, pour garder son image de «quadra» dynamique.

Avant lui, 14 candidats se sont déjà lancés dans la primaire démocrate.

+

Beto O’Rourke à Plano, au Texas, en septembre 2018

+

En attendant Biden

Parmi eux figurent plusieurs sénateurs : Elizabeth Warren, Kamala Harris, Cory Booker... et surtout Bernie Sanders qui avait surpris en électrisant la primaire démocrate de 2016 contre Hillary Clinton. Bernie Sanders apparaît pour l’instant en tête des sondages parmi les candidats déclarés.

L’ombre d’un autre concurrent, qui n’a pas encore annoncé sa candidature, plane sur ses premiers sondages: Joe Biden.

L’ancien vice-président fait encore durer le suspense, malgré des allusions très directes cette semaine à sa volonté de se lancer dans la course à la Maison-Blanche.

S’il venait à se lancer dans la course, cela signifierait que les deux favoris chez les démocrates auraient 76 et 77 ans et finiraient leur mandat à plus de 80 ans, de loin un record de vieillesse dans l’histoire des États-Unis.

C’est de ce poids des années que Beto O’Rourke espère, par contraste, profiter.

L’ancien élu de la Chambre des représentants, aux idées résolument marquées à gauche, s’était forgé une grande notoriété à l’automne durant sa campagne pour tenter d’arracher un siège au Sénat américain.

Il avait finalement perdu lors de ce scrutin en novembre, mais sa campagne passionnée, très remarquée, et son bon score face au poids lourd républicain Ted Cruz dans les terres conservatrices du Texas l’avaient placé sous les projecteurs.

«Campagne positive»

Dans sa vidéo jeudi, il promet de mener «une campagne optimiste» visant à «rassembler un pays très divisé», en référence au climat politique de plus en plus polarisé depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

Son intention de se lancer dans la course à la Maison-Blanche était devenue un secret de polichinelle. «Vous pouvez probablement déduire que j’ai envie de me lancer», a-t-il confié au magazine Vanity Fair, dans un entretien accompagné de photos prises par Annie Leibovitz, portraitiste des célébrités, publié en ligne mercredi soir, à quelques heures de l’officialisation de sa candidature.

«C’est vrai. Je pense que je serai bon», ajoutait-il dans cette campagne de communication qui a eu un certain retentissement aux États-Unis.

La couverture du magazine le montre en jeans et chemise avec son chien sur une petite route du Texas, fidèle à son image de «boy next door», ce monsieur Tout-le-monde qui pourrait être votre voisin. Avec cette citation transparente en exergue: «Je veux y être. Je suis vraiment né pour ça».

Son premier grand rendez-vous, a-t-il annoncé, sera le 30 mars pour un rassemblement de campagne à El Paso, sa ville natale, près de la frontière avec le Mexique. Là où le président Trump est déjà venu défendre son mur et sa politique anti-immigration.

+

Amy Hoover Sanders, Beto O’Rourke et leurs trois enfants, Ulysses (11 ans), Henry (7 ans) et Molly (10 ans), se présentent au Community College-Rio Grande, à El Paso, pour voter lors des élections de mi-mandat le 6 novembre 2018.
Beto O’Rourke et Amy Hoover Sanders, devant leur autobus de campagne, à El Paso, le 6 novembre 2018