Le détaillant d’articles électroniques Best Buy a affiché jeudi de décevants revenus pour le deuxième trimestre fiscal et a réduit ses prévisions de ventes annuelles.

Best Buy prévoit souffrir de la guerre commerciale avec la Chine

NEW YORK — Le détaillant d’articles électroniques Best Buy a affiché jeudi de décevants revenus pour le deuxième trimestre fiscal et a réduit ses prévisions de ventes annuelles, en raison de l’incertitude entourant l’intensification de la guerre commerciale avec la Chine.

L’action du détaillant a chuté jeudi de huit pour cent à la Bourse de New York.

«Il est difficile de prendre en compte l’incertitude liée au comportement d’achat des clients», a affirmé jeudi Corie Barry, la nouvelle chef de la direction de Best Buy, lors d’un entretien avec les analystes jeudi. «Il est difficile de prédire comment, au niveau macroéconomique, les consommateurs réagiront à une hausse des prix attribuable aux tarifs.»

Best Buy a réussi à résister à la concurrence croissante d’Amazon et d’autres acteurs en développant ses activités en ligne, en accélérant les livraisons et en ajoutant davantage de services pour améliorer ses relations avec ses clients. Cette réinvention a été supervisée par Hubert Joly, qui a été nommé chef de la direction en 2012, mais a démissionné cette année. Sous la direction de Mme Barry, qui est entrée en poste en juin, Best Buy continue de se concentrer et de développer ces initiatives.

La société s’aventure également davantage dans le domaine de la santé, notamment par l’entremise d’acquisitions réalisées dans la dernière année.

Néanmoins, comme de nombreux détaillants, Best Buy fait face à de nombreux défis liés à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

L’administration Trump a annoncé le 23 août qu’elle reporterait certains tarifs initialement prévus le 1er septembre au 15 décembre, afin d’éviter de nuire aux consommateurs américains pendant les Fêtes. Mais les experts du secteur affirment qu’une grande partie de la marchandise des Fêtes sera touchée par les augmentations de tarifs de septembre et d’octobre, à des taux encore plus élevés que prévu.

Donald Trump a annoncé ce mois-ci qu’il ferait passer de 10 % à 15 % les tarifs prévus sur 300 milliards $US de marchandises chinoises. Le bureau du représentant américain du Commerce a également indiqué que les droits de douane actuels sur les 250 milliards $US d’importations chinoises passeraient de 25 % à 30 % le 1er octobre, après avoir reçu les commentaires du public.

Mme Barry a souligné que les téléviseurs, les montres intelligentes et les écouteurs seraient frappés avec des tarifs plus élevés mis en oeuvre le 1er septembre. Les ordinateurs, les téléphones mobiles et les consoles de jeux seront soumis à des tarifs plus élevés à partir du 15 décembre, a-t-elle précisé.

Elle a ajouté qu’au cours des 18 derniers mois, alors que la guerre commerciale s’intensifiait, bon nombre de ses fournisseurs ont mis fin à leurs activités de fabrication en Chine, pour les transférer au Vietnam et au Mexique. Mme Barry a estimé que les tarifs, appliqués et proposés, affectent 60 % du coût des produits vendus par Best Buy, mais elle a précisé que ce chiffre devrait tomber à 40 pour cent l’année prochaine, à mesure que Best Buy s’approvisionnera ailleurs qu’en Chine.

Best Buy étudie certaines promotions et essaie de déterminer s’il va augmenter les prix pour la saison des Fêtes qui arrive — et comment s’y prendre s’il choisit de le faire. Mais il est difficile de prévoir comment les tarifs seront appliqués aux consommateurs et quelle sera leur réaction face à des hausses de prix, en particulier pour lorsqu’ils achètent des cadeaux pour d’autres personnes, a ajouté Mme Barry.

Profits supérieurs aux attentes

La société de Richfield, au Minnesota, a réalisé un bénéfice net de 238 millions $US, ou 89 cents US par action, au deuxième trimestre. Le bénéfice ajusté, qui exclut les coûts de restructuration et les coûts d’amortissement, s’est établi à 1,08 $US par action.

Les résultats ont dépassé les attentes des analystes de Wall Street. Ceux-ci s’attendaient en moyenne à un bénéfice de 99 cents US par action, selon les prévisions recueillies par Zacks Investment Research.

Best Buy a attribué la croissance des bénéfices aux réductions de coûts et à l’efficacité.

Les revenus du détaillant se sont chiffrés à 9,54 milliards $US au cours de la période, ce qui était inférieur à la prévision moyenne de 9,57 milliards $US des analystes.

Les ventes dans les magasins ouverts depuis au moins un an ont augmenté de 1,6 % au cours du trimestre.