Selon Environnement Canada, il est tombé la moitié moins de neige que la normale saisonnière à ce temps-ci de l'année.

Moitié moins de neige en février

Le mois de février n'aura pas rapporté beaucoup aux vendeurs de souffleuses et de pelles dans la région. Selon Environnement Canada, il est tombé la moitié moins de neige que la normale saisonnière à ce temps-ci de l'année.
Durant tout le mois de février, on a enregistré des accumulations d'à peine 24,9 centimètres de neige à Trois-Rivières, alors que la moyenne saisonnière est de 49,3 centimètres. Les accumulations dans la région varient passablement d'une municipalité à l'autre, avec aussi peu que 23 centimètres à Sainte-Anne-de-la-Pérade, 29 centimètres à Saint-Alexis-des-Monts et 31 centimères à Bécancour.
«Parfois, il suffit d'une seule bonne tempête pour ramener ça plus près de la moyenne, mais cette année on n'a pas vraiment eu de véritable tempête en février», remarque Maxime Desharnais, porte-parole d'Environnement Canada, qui ajoute que les accumulations ont été plus importantes au sud de la province et dans l'est.
D'ailleurs, cette tendance a aussi été observée pour tout l'hiver, alors que Trois-Rivières a reçu à ce jour aussi peu que 112 centimètres depuis la première neige. On note des accumulations entre 120 et 140 centimètres quand on monte vers Shawinigan et le Centre-de-la-Mauricie, et ce chiffre grimpe à 184 centimètres à Champlain. Un écart qui s'explique par des tempêtes hivernales qui ont parfois frôlé Trois-Rivières en se dirigeant vers l'est, mais qui ont laissé dans les municipalités voisines de Trois-Rivières une bonne quantité de neige.
Quant aux températures, malgré le froid qui s'est réinstallé depuis quelques jours, la moyenne du mois de février 2014 se situait directement sur la normale de saison, avec des températures moyennes maximales de -4 degrés et minimales de -13 degrés, alors que les normales se situent à -4,4 degrés et -14,9 degrés.
Stationnement de nuit
De son côté, la Ville de Trois-Rivières devrait reconduire son programme de stationnement de nuit sur tout le territoire dès l'année prochaine. «Nous avons tenté l'expérience cette année pour une première fois sur tout le territoire, et on se dit généralement satisfait, si bien que la recommandation sera faite au conseil municipal de reconduire le règlement pour les prochaines années», explique le directeur des communications de la Ville, François Roy.
La Ville a reçu à ce jour plus de 20 000 appels sur la ligne d'information pour le stationnement. Par ailleurs, plus de 1000 personnes se sont abonnées au service d'alertes sur téléphone intelligent en cas d'interdiction de stationner, alors que le programme n'est en service que depuis quelques semaines.