Amélie Saint-Pierre, directrice générale des Hebdos Mauricie/Rive-sud et présidente d’honneur du Brunch-bénéfice, ainsi que Geneviève Mongrain, responsable du financement et des communications pour Moisson Mauricie et Centre-du-Québec. Absent de la photo, Jean Pellerin de Valeurs mobilières Desjardins, également président du conseil d’administration de l’organisme.

Moisson Mauricie: un brunch pour aider

TROIS-RIVIÈRES — Pour une onzième année consécutive, l’organisme Moisson Mauricie et Centre-du-Québec tiendra, le 3 juin prochain, son Brunch-bénéfice à l’hôtel Delta de Trois-Rivières. L’activité de financement est l’une des plus importantes pour cet organisme, qui continue de recevoir chaque année de plus en plus de demandes d’aide alimentaire pour venir en aide aux gens de notre région.

«C’est la plus importante activité de financement pour nous. Nous avons également la Grande collecte qui nous a dernièrement permis d’amasser 33 000 $ et des denrées. Cette fois-ci, notre objectif est de pouvoir amasser 50 000 $», évoque Jean Pellerin de Valeurs mobilières Desjardins, également président du conseil d’administration de Moisson Mauricie et Centre-du-Québec.

Cette année, Moisson Mauricie et Centre-du-Québec dit venir en aide à 29 000 personnes par mois dans la région, dont 9600 enfants, par le biais de 79 organismes qui fournissent d’une façon ou d’une autre de l’aide alimentaire à ceux qui peinent à joindre les deux bouts. Un chiffre alarmant, quand on sait que les demandes vont en augmentant d’année en année.

«Nous avons de plus en plus d’organismes qui sont membres et qui demandent notre aide pour fournir de l’aide alimentaire», constate Geneviève Marchand, responsable du financement et des communications pour Moisson Mauricie et Centre-du-Québec. Un constat surprenant dans un contexte où l’économie semble bien aller et où le taux de chômage est à son plus bas depuis longtemps? Pas nécessairement, indique Mme Marchand.

«Oui il y a de l’emploi, mais il faut voir aussi le type d’emploi que les gens occupent. Souvent, une personne qui travaille à 35 heures par semaine au salaire minimum, avec des enfants à charge, n’arrivera pas à boucler son budget, même avec des allocations familiales du gouvernement. On aide de plus en plus des travailleurs comme ça, ou encore des gens qui sont sur l’assurance-emploi, des étudiants, des personnes âgées. Le coût de la vie augmente et les revenus ne suivent pas toujours», ajoute Geneviève Marchand.

De son côté, la présidente d’honneur, Amélie Saint-Pierre, constate aussi que les demandes proviennent de gens qui ont eu un diagnostic d’un cancer ou d’une maladie qui les empêche de travailler et qui ne bénéficiaient pas d’assurance salaire. «Il y a toutes sortes de raisons qui peuvent faire en sorte qu’on ait besoin, un jour ou l’autre, des organismes qui sont membres de Moisson», indique la directrice des Hebdos Mauricie/Rive-sud.

Activité familiale
Amélie Saint-Pierre tenait d’ailleurs à lancer une invitation toute spéciale aux familles afin de se joindre à cette grande activité de générosité. «C’est une belle activité avec un grand buffet et les enfants apprécient toujours le brunch. Mais je crois aussi que c’est une belle occasion de leur apprendre la générosité, de leur faire réaliser qu’ils sont chanceux et que certains autour d’eux ont parfois moins de chance. Il n’y a pas d’âge pour se sensibiliser», croit Mme Saint-Pierre.

L’an dernier, l’organisme a pu amasser 2,5 millions de kilos de nourriture, ce qui représente une valeur marchande de plus de 15 M$ en denrées alimentaires. Avec chaque 10 $ amassé, Moisson arrive à fournir l’équivalent de 170 $ en nourriture à l’un ou l’autre de ses organismes membres.

Moisson Mauricie et Centre-du-Québec espère attirer jusqu’à 700 personnes à cette activité. Pour ce faire, Desjardins a aussi mis en place une promotion pour ses membres, en offrant un rabais de 10 $ par billet aux 100 premiers membres qui réserveront au (819) 371-7778 poste 27. C’est d’ailleurs à ce numéro que l’on peut réserver son billet au coût de 30 $.