L’UQTR et les collèges de la région se préparent activement à la relance de la session d’hiver à partir de lundi.
L’UQTR et les collèges de la région se préparent activement à la relance de la session d’hiver à partir de lundi.

Mobilisation pour la relance des cours le 30 mars

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le milieu de l’enseignement supérieur de la région se mobilise afin d’assurer la relance des cours, à distance, dès lundi. Non seulement travaille-t-on sur les moyens techniques qui permettront de continuer à dispenser les formations, mais également sur des moyens de soutenir les étudiants.

À l’UQTR, la Fondation de l’UQTR, l’AGEUQTR et l’AGE des étudiants hors campus sont en discussion à propos de la possibilité de créer un fonds d’urgence afin de venir rapidement en aide aux étudiant(e)s dans le besoin. Les modalités devraient faire l’objet d’une annonce officielle dès lundi.

Le conseiller à l’exécutif de l’AGEUQTR, Frédérik Farid Borel, signale que ce sont, pour l’instant, des discussions car avant d’engager des fonds, «il faut passer par les instances», rappelle-t-il.

On sait que le gouvernement fédéral débloquera de l’argent pour les étudiants de 15 ans et plus qui auront gagné 5000$ et plus au cours de l’année dernière. Les étudiants n’ont en effet pas accès à l’assurance-emploi, rappelle M. Borel.

Malgré la pétition lancée dimanche qui demande la suspension de la session d’hiver 2020 et qui a atteint quelque 112 000 noms, vendredi, la vice-présidente aux communications de l’AGEUQTR, Martine Lefebvre, indique que l’exécutif de l’AGEUQTR demande aux professeurs et chargés de cours qu’ils suivent les directives de l’Université «pour le bien-être académique des étudiants.»

Dans un message Facebook aux étudiants membres, Mme Lefebvre ajoute que l’AGEUQTR a «reçu une vingtaine de courriels concernant des professeurs qui ne respectaient pas les directives de l’UQTR. Inquiétez-vous pas, on travaille sur le cas», dit-elle.

Si l’UQTR n’arrive pas à accommoder certains étudiants, l’AGEUQTR demande des mesures alternatives à l’abandon sans échec des cours. Plusieurs autres revendications ont également été déposées.

Frédérik Borel indique que l’AGEUQTR espère que des directives claires seront communiquées par l’Université en vue de la reprise de lundi. Il rappelle que pour plusieurs étudiants, la présente session d’études menait à un diplôme final. Chaque étudiant a toutefois une situation particulière dont il faudra tenir compte, souligne-t-il.

Du côté du Cégep de Shawinigan, la reprise graduelle des activités de formation à distance, au secteur régulier et à la formation continue, se fera aussi à partir du 30 mars inclusivement.

Les cours se poursuivront grâce à différentes formules pédagogiques, par exemple en ligne ou sous forme de lectures, de travaux à faire ou de capsules vidéo. Le Cégep s’assurera qu’il n’y aura pas de conflits d’horaire. Les enseignants contacteront les étudiants par MIO au plus tard le vendredi 3 avril, afin de les informer de la formule pédagogique retenue et des ajustements qui seront apportés au plan de cours. L’adaptation de certains cours nécessite plus de temps que d’autres. Pour ces cours, la reprise progressive de la formation débutera au plus tard le 10 avril. «Certains cas d’exception pourraient cependant débuter au-delà de cette date», indique Étienne Dubois, conseiller en communications au Cégep de Shawinigan.

Pour l’instant, il n’y a pas d’aide d’urgence de prévue pour les étudiants en difficulté, précise-t-il, mais le Cégep de Shawinigan anticipe qu’il y en aura, indique M. Dubois. Le Cégep aura alors des discussions avec sa Fondation et avec l’AGEECS.

Du côté du Collège Laflèche, «tous nos programmes sont prêts à déployer la formation à distance à compter de lundi», indique la responsable des communications, Anne-Laurence Jacob. «Nos professeurs ont travaillé de concert afin de s’assurer que les méthodes pédagogiques utilisées pour un même programme étaient cohérentes. Ils font preuve d’adaptation et de créativité pour rendre l’enseignement à distance convivial pour nos étudiants afin que ceux-ci puissent atteindre les compétences visées par chacun des cours. À l’heure actuelle, les professeurs contactent graduellement leurs étudiants pour leur donner des consignes plus spécifiques», précise Mme Jacob.

Rappelons que le Cégep de Trois-Rivières, lui, a tenu un point de presse, jeudi, afin d’annoncer la reprise progressive des cours à partir de lundi et qu’il n’y aura pas de pénalité pour ceux et celles qui seront dans l’impossibilité de reprendre les cours pour des raisons majeures.