On voit David Fortin, de Solution Mobilité Internationale (SMI), partenaire en recrutement, et Érik Roby, directeur des ressources humaines du Groupe Résidences des Bâtisseurs, à leur arrivée dans la capitale de Madagascar.

Mission de recrutement à Madagascar pour des préposés aux bénéficiaires

LA TUQUE — Des employés recrutés à Madagascar pourraient bien se joindre aux employés du Groupe Résidences des Bâtisseurs à Louiseville et à La Tuque. L’entreprise a entrepris une importante mission de recrutement international sur l’île de Madagascar afin de pallier la rareté de main-d’œuvre des préposés aux bénéficiaires.

L’entreprise espère embaucher une cinquantaine de préposés aux bénéficiaires, qui pourraient arriver d’ici six mois, afin de combler les besoins pressants de ses résidences pour aînés établies partout au Québec. Une dizaine d’entre eux pourraient s’établir dans la région.

«C’est en moyenne 5 ou 6 par résidence. […] Au total, on avait un besoin de 58 préposés», confirme Annie Légaré, adjointe de direction pour le Groupe Résidences des Bâtisseurs.

«Là-bas, le taux de chômage est très élevé et les gens à la recherche d’emploi sont flexibles à déménager au Québec. De plus, ce sont des gens qui parlent français, ça facilite le recrutement», ajoute-t-elle.

Le directeur des ressources humaines des Résidences des Bâtisseurs, Érik Roby, réalise cette mission avec la collaboration de David Fortin, de Solution Mobilité Internationale, partenaire en recrutement. Il en est à sa quatrième mission de recrutement à l’étranger depuis 2012. À ces occasions, il a recruté pour le compte d’autres employeurs, notamment du domaine manufacturier, des travailleurs de différents corps de métier en Europe, en Amérique latine et en Tunisie.

Il s’agit toutefois d’une première expérience pour le Groupe Résidences des Bâtisseurs.

Jusqu’au 16 septembre, le défi d’Érik Roby sera d’embaucher, sur l’île de Madagascar, un nombre important de préposés aux bénéficiaires. Au total, l’entreprise a reçu près de 200 candidatures. Près de la moitié d’entre eux seront vus en entrevue durant la mission.

«Il va y avoir une sélection de faite et un poste leur sera offert immédiatement. Évidemment, on va entrer en contact avec les MRC pour voir à l’immigration de ces gens-là et leur installation», note Mme Légaré.

Lors de l’arrivée des travailleurs en sol québécois, l’entreprise mettra en œuvre un rigoureux processus d’intégration pour assurer le succès de la démarche de recrutement.