Le maire de Shawinigan, Michel Angers.
Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Michel Angers revient plus vite que prévu: «Ma place était ici»

Shawinigan — Sentant l’appel du devoir pendant cette crise de la COVID-19, le maire de Shawinigan, Michel Angers, a mis fin à ses vacances aux États-Unis en fin de semaine. Comme prévu, il s’astreint à un isolement de 14 jours chez lui, ce qui ne l’empêche toutefois pas de vaquer à ses occupations.

Lundi, la Ville de Shawinigan a annoncé que l’accès à l’hôtel de ville et aux centres administratifs des travaux publics et de la sécurité incendie seraient prohibés à la population jusqu’au 29 mars. Seuls les employés municipaux pourront accéder à ces endroits. Les gens peuvent communiquer avec les différents services par téléphone ou par courriel.

Trois règlements sont soumis à une démarche d’approbation référendaire ces jours-ci. Malgré les contraintes, les citoyens peuvent signer le registre à l’hôtel de ville, en prenant rendez-vous sur les heures normales de bureau.

Les centres communautaires sont également fermés jusqu’au 29 mars, une décision lourde de sens pour les nombreux organismes qui bénéficient de ces locaux. Rappelons que la semaine dernière, la Ville avait également annoncé la fermeture de ses bibliothèques, des arénas, du centre de curling et de la piscine du Centre des arts.

Au quotidien

M. Angers a évidemment participé à l’approbation de ces mesures anti-coronavirus et d’autres suivront au cours des prochains jours. Par exemple, la séance extraordinaire du conseil du 23 mars devrait être présentée à huis clos.

Il se peut aussi que la séance régulière du 14 avril se déroule sans public dans la salle.

Les décisions se prennent à un rythme tellement soutenu depuis jeudi que le maire de Shawinigan ne voyait plus trop comment il pouvait profiter de ses escapades à vélo avec sa conjointe. Le couple a donc ramassé ses affaires samedi soir et a pris la route en direction de Shawinigan.

«Ma place était ici», constate-t-il. «Depuis jeudi, ça s’est accéléré à un rythme fou. Dans ce contexte, tu n’es pas capable de penser aux vacances. Tu es continuellement au téléphone. Il y a plein de décisions à prendre et ça relève du politique. Mon devoir était certainement d’être ici. On est vraiment en situation d’urgence.»

Comme à Québec et à Ottawa, la situation est évaluée à tous les jours à l’hôtel de ville. Le télétravail est encouragé chez les employés et les élus se rencontreront par vidéoconférence à l’avenir.

Une assemblée publique de consultation sur de nombreuses modifications de zonage a également été annulée, en fin d’après-midi lundi.

Pour les demandeurs, ce report allonge évidemment les délais pour permettre la réalisation de ces projets.

Une nouvelle date devra être déterminée par la Ville pour cette assemblée de consultation.