Brian Duval réalisera un court-métrage sur l’intimidation.

Mettre à profit ses expériences

Trois-Rivières — Que ce soit à l’école primaire, secondaire ou même dans son propre quartier, Brian Duval a longtemps été victime d’intimidation. Maintenant âgé de 17 ans, il veut sensibiliser les jeunes qui vivent des situations comme celles qu’il a endurées pendant trop d’années. Pour ce faire, il souhaite préparer un court-métrage portant sur l’intimidation.

«Tout ça a commencé lorsque j’étais au primaire et que j’avais 7 ou 8 ans. C’était surtout par rapport à mon apparence physique. Au début, j’ai trouvé ça drôle, mais c’est rapidement devenu à répétition et je n’étais plus capable de supporter ça. Ensuite, lorsque j’ai déménagé, j’ai été victime de coups de poing et de coups de pieds en plus d’être pris à la gorge», déplore-t-il.

Rapidement, cette succession d’événements inacceptables a eu une répercussion sur sa santé. En effet, il a souffert d’une dépression et avoue même avoir eu des idées noires.

«J’ai été traumatisé par ces scènes et je suis tombé dans une phase assez basse. J’ai dû rater deux semaines d’école. J’avais écrit une lettre de suicide, lorsque mon grand-père a mis la main dessus, il n’a pas trouvé ça très drôle et c’est ‘‘comprenable’’. Il m’a beaucoup aidé en m’amenant chez mon médecin de famille et en me trouvant des occupations dans mes temps libres», explique celui qui est étudiant en soins infirmiers au Centre de formation Bel-Avenir.

un projet inspirant
L’idée du court-métrage est venue bien avant celle de mettre fin à ses jours. Effectivement, Brian Duval y avait pensé il y a environ un an, mais à l’époque, il avait préféré se concentrer sur ses études. Maintenant qu’il a tourné la page sur une période plus difficile de sa vie, il se dit plus motivé que jamais à réaliser son projet.

«Mon principal objectif est non seulement d’aider les personnes qui vivent ces situations, mais aussi d’encourager ceux qui en sont témoins à les dénoncer. Je sais que c’est dur à affronter, mais je veux montrer que même si tu es victime d’intimidation, il y a plein de ressources qui sont là pour aider. Avant de penser au suicide, il faut penser aux gens autour de nous qui peuvent nous écouter», souligne le principal intéressé.

Le court-métrage, qui devrait être prêt au printemps 2019, mettra en scène divers endroits à Trois-Rivières.

«Comme j’ai subi beaucoup d’intimidation dans mon quartier, c’est certain que je vais l’inclure. Je vais tourner ma première scène à l’école secondaire des Pionniers le 13 mars prochain et je vais aussi filmer au parc Lambert», dit-il.

Brian Duval est désormais à la recherche de figurants et de comédiens qui désirent participer à son court-métrage. Les personnes intéressées peuvent le rejoindre à l’adresse suivante : brduval2017@gmail.com.

Il est également possible de suivre le projet du jeune homme en se rendant sur la page Facebook Non à l’intimidation qu’il a créée au cours des derniers jours.