Toute la semaine, des policiers font de la sensibilisation au respect des mesures sanitaires auprès des jeunes dans les écoles secondaires trifluviennes.
Toute la semaine, des policiers font de la sensibilisation au respect des mesures sanitaires auprès des jeunes dans les écoles secondaires trifluviennes.

Mesures sanitaires: les policiers trifluviens font de la sensibilisation dans les écoles

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Depuis mardi, des agents de la Direction de la police de Trois-Rivières (DPTR) font des activités de sensibilisation et d’information auprès des étudiants du secondaire, afin de les inciter à respecter les mesures mises en place par la Santé publique pour freiner la progression de la COVID-19.

Selon la DPTR, ces actions visent principalement les comportements à respecter par les jeunes lorsqu’ils se trouvent sur le terrain de leur école, soit le port du masque en tout temps et la distanciation physique. Cet effort de sensibilisation se poursuit jusqu’à jeudi. Par la suite, la police indique que des visites aléatoires seront effectuées dans les écoles secondaires.

D’après le porte-parole de la DPTR, Luc Mongrain, la police mise sur la sensibilisation, mais il n’est pas exclu qu’elle sévisse si nécessaire.

«On ne souhaite pas en arriver là, les vœux du gouvernement sont axés sur la prévention. Mais si jamais on se bute à un jeune qui ne veut pas collaborer, on n’aura pas le choix», prévient-il.

La DPTR rappelle que des amendes de 560 $ sont prévues pour les mineurs qui refusent d’appliquer les mesures mises en vigueur par la Santé publique.

Les restrictions plutôt respectées

De manière générale, les commerces visés par les restrictions entraînées par le passage de Trois-Rivières en zone rouge, la fin de semaine dernière, s’y conforment eux aussi. Quelques avertissements ont cependant été remis concernant la tenue de leur registre des clients et un bar du centre-ville sera mis à l’amende.

«La fin de semaine dernière, un établissement licencié au centre-ville ne s’est pas conformé et a poursuivi ses activités au-delà des heures permises. On a rencontré la responsable des lieux et un rapport d’infraction lui sera remis», indique M. Mongrain.

En ce qui concerne les citoyens, le porte-parole de la DPTR rapporte qu’ils se conforment en général très bien aux mesures sanitaires.

«Avec la population, ça va bien. De ce que les policiers observent sur le terrain, les gens collaborent. Ils n’ont pas eu à remettre de constat», mentionne-t-il.