Patrick Baril, directeur général du CLD de Mékinac.

Projet de manège équestre intérieur dans Mékinac

La région de Mékinac pourrait être dotée bientôt d'un grand manège équestre intérieur et chauffé, capable d'accueillir des rodéos toute l'année.
Le comité équestre du Centre local de développement Mékinac planche actuellement sur ce dossier, avec comme objectif une ouverture en 2015. C'est ce qu'a confirmé le directeur général du CLD, Patrick Baril, qui estime que la région de Mékinac a besoin d'une telle infrastructure pour imposer sérieusement son créneau équestre au reste du Québec, car la compétition est forte dans ce domaine.
«Ça nous prend un projet porteur pour nous aider à nous positionner et nous distinguer, affirme ce dernier. On veut construire un grand manège intérieur avec des estrades qui permettraient d'accueillir d'importantes compétitions équestres 12 mois par année. Cela existe dans certaines régions du Québec mais surtout pour la selle anglaise, comme à Bromont.
Ici, nous serions dans une thématique équestre western, large. Cela nous permettrait aussi de former la relève pour les rodéos du Festival western de Saint-Tite. Le comité est en train d'évaluer la chose. On pense qu'une vingtaine de disciplines pourraient être accueillies dans ce manège.»
Le CLD ignore toujours où sera située l'immense bâtisse (200 par 300 pieds). Il faut en effet aussi prévoir l'aménagement d'un grand espace pour le stationnement. On est donc à la recherche d'un site assez imposant qui ne soit pas zoné agricole. Ce qui en soi est un défi. Un comité de travail s'occupe de régler cette question.
Il n'est pas exclu par ailleurs que le manège soit situé en dehors de Saint-Tite, déjà aux prises avec une problématique de rareté de terrains compte tenu de l'impact du Festival western.
Les municipalités voisines de Hérouxville, Sainte-Thècle et Saint-Séverin pourraient donc être un choix logique. Cela dit, rien n'est exclu, mais M. Baril admet que plus le manège sera situé près de Saint-Tite, déjà capitale western reconnue, plus il sera facile de rentabiliser la nouvelle infrastructure en ce sens qu'il serait alors plus aisé d'établir des alliances pendant le festival.
Il reste aussi à réaliser un montage financier et trouver des partenaires et c'est principalement cet aspect qui pourra exiger plusieurs mois de démarches. Par ailleurs, M. Baril estime que ce projet, s'il se réalise, pourrait venir consolider le projet d'une auberge à thématique western à Saint-Tite car le type de compétition qu'on veut tenir dans le futur manège s'étend généralement sur 2 ou 3 jours.
«Il est aussi question d'un musée western, rappelle M. Baril. Un promoteur est déjà intéressé. Si le manège se réalise, tout ça pourrait créer une belle dynamique touristique. C'est un autre pas qu'il nous faut faire si Mékinac veut bien se positionner dans le créneau western.