Le Musée du bûcheron de Grandes-Piles et la Vieille prison de Trois-Rivières font partie des institutions qui, depuis 2009, proposent un concept de tourisme culturel d'expérience aux visiteurs.

Musée du bûcheron: Grandes-Piles veut attirer des promoteurs

Suivant le plan établi par l'ex-maire Jean-Pierre Ratelle, le nouveau conseil municipal de Grandes-Piles vient de se porter acquéreur du Musée du bûcheron.
Il est maintenant à la recherche de promoteurs intéressés à y développer un projet récréotouristique. Seule condition: respecter l'âme du musée en garantissant au public l'accès à la collection d'artefacts qui relatent la vie des bûcherons, également achetée au coût de 15 000 $.
Le nouveau maire, Daniel Petit, a rappelé que la corporation du musée éprouvait des difficultés financières et devait 85 000 $ à la Caisse populaire et différents prêteurs. La vente s'est faite pour ce montant. Le pari que fait le conseil municipal est de réussir une entente comme celle conclue avec le nouvel administrateur de la marina de Grandes-Piles qui connaît une belle relance.
«On va maintenant en appel de projets et on n'est pas fermés à différentes possibilités en autant qu'on respecte le côté historique de l'endroit, explique M. Petit. On va faire une visite bientôt pour les gens intéressés. Disons pour fin d'exemple, qu'une brasserie pourrait s'installer dans les locaux pendant que quelqu'un d'autre administre le restaurant, mais tout en donnant accès aux visiteurs à la collection d'artefacts. Autrement dit, il n'y aura jamais un vendeur de pneus qui va s'installer-là. Ce musée, c'est l'âme de Grandes-Piles et on ne veut pas qu'un acheteur la jette à la poubelle.»
Une collaboration pourrait également s'établir avec la nouvelle école de voile, à la recherche de locaux et de chambres pour les élèves. Le conseil municipal veut surtout éviter qu'un nouvel organisme sans but lucratif gère l'endroit.
«Ces organismes ont souvent des ennuis d'argent et du mal à recruter des bénévoles. C'est pour ça qu'on invite des promoteurs du privé, prêts à investir et à prendre la relève. Le conseil est ouvert à faire des concessions pour s'associer au lancement d'un projet. On veut que les gens viennent à Grandes-Piles et y passent du temps. Beaucoup de motorisés circulent en avant de chez nous sans s'arrêter. Pourquoi on ne leur offrirait pas des facilités d'hébergement, une possibilité de faire une vidange, etc.?»
Le maire ajoute qu'il faudrait s'interroger sur le concept de musée et songer à offrir une visite libre dans une salle d'exposition sécurisée.