Actualités

Un avant-goût du Festival western

SAINT-TITE — Le temps d’une fin de semaine du 18 au 21 mai prochains, Saint-Tite se paiera un avant-goût des festivités du Festival western, à l’occasion de la tenue des finales de l’International professionnal rodeo association (IPRA). Pour l’occasion, la ville du western accueillera pour la troisième fois de son histoire la Fédération québécoise de camping-caravaning (FQCC), avec tout près de 1300 véhicules récréatifs qui s’installeront dans la ville pour lancer leur saison estivale.

Ce sont donc tout près de 3000 personnes qui vont débarquer à Saint-Tite durant quatre jours, avec pour l’occasion une programmation d’animation et de spectacles, dont celui d’Éric Lapointe, en plus de la tenue de deux rodéos avec les 120 meilleurs compétiteurs de la IPRA. Les deux rodéos de samedi soir et dimanche après-midi tiendront lieu de finales pour le circuit IPRA de la saison 2017, explique la responsable des communications au Festival western, Karen Montembeault.

Actualités

Intéresser les ados à la lecture

NOTRE-DAME-DE-MONTAUBAN — La Maison des jeunes l’Index de Notre-Dame-de-Montauban souhaite susciter le goût de la lecture chez les adolescents qui la fréquentent. Pour y arriver, la maison des jeunes vient de lancer les boîtes Ado-Lire, un outil qui permet de faire de belles découvertes littéraires.

Ces boîtes Ado-Lire seront prêtées aux adolescents de 11 à 17 ans pour une période d’un mois. Les jeunes pourront découvrir 11 thématiques différentes au cours de l’année.

Actualités

Des nouvelles de Mékinac

Depuis quelques mois, la MRC de Mékinac peut compter sur un nouveau service de développement économique. La direction de ce service a été confiée à Nadia Moreau, qui occupait auparavant le poste de coordonnatrice au soutien au travail autonome, à l’entrepreneuriat-mentorat et au développement de l’économie sociale. Elle aura dorénavant comme tâche d’effectuer la prospection des entreprises du territoire, contribuera au déploiement du plan stratégique de la MRC en matière économique et coordonnera des événements d’affaires ciblés au sein de regroupements économiques.

Spectacle-bénéfice pour l’école secondaire Paul-Le Jeune
Un grand spectacle-bénéfice aura lieu à l’école secondaire Paul-Le Jeune le samedi 28 avril prochain. Il mettra en vedette Manon et Cindy Bédard ainsi que Serge Baril. Alexis Rheault, Marie-Claude Champagne, Suzanne Montreuil, Rosalie Ayotte et les membres de Kaskade Monocycle monteront également sur scène. Fait à noter, tous ces artistes ont fréquenté cette école dans le passé. L’argent amassé servira à financer un voyage en France auquel participeront des élèves en octobre prochain. Il reste encore quelques billets disponibles et il est possible de s’en procurer en appelant au 418 365-5191 poste 7201.

Actualités

Le Salon des bambins devient la Journée des familles de Mékinac

saint-adelphe — Pour cette nouvelle édition, le Salon des bambins change de nom et devient la Journée des familles de Mékinac. C’est le 12 mai prochain, au Centre multifonctionnel de Saint-Adelphe de 10 h à 16 h que se tiendra cette journée conviviale pour toute la famille.

Une vingtaine d’organismes et d’entreprises auront un kiosque lors de la Journée des familles de Mékinac dont la bibliothèque de Saint-Adelphe, le Camp Val Notre-Dame, la Fondation Cédrika Provencher, etc.

Vie régionale

Des nouvelles de Mékinac

Mékinac: des possibilités à découvrir

Des élèves de troisième secondaire de l’école Paul-Le Jeune de Saint-Tite ont récemment accepté l’invitation lancée par le Carrefour emploi Mékinac et ont participé à l’activité Mékinac: des possibilités à découvrir, qui visait à leur présenter différents parcours possibles pour poursuivre leur carrière dans cette MRC. Dans le cadre de cette activité, qui a été créée en 2015, les participants ont pu assister à quatre ateliers ayant des thèmes variés touchant les perspectives d’avenir dans ce coin de pays.

Actualités

La production débutera en mars chez Canots Rhéaume

Saint-Tite — Au lieu de s’apitoyer sur leur sort au lendemain de l’incendie d’une grande partie de leurs installations de Grandes-Piles en septembre dernier, les dirigeants de l’entreprise Canots Rhéaume ont plutôt transformé cette épreuve en opportunité. Ils ont en effet décidé de relocaliser la totalité de leur production à Saint-Tite, ce qui leur permettra de mettre en branle leurs projets d’expansion.

Ce déménagement, qui devait initialement être complété au début du mois de février, prendra finalement fin dans quelques semaines. Le directeur général de l’entreprise, Alain Gallant, espère que la production à l’intérieur des bâtiments que possède la Corporation de développement de Saint-Tite et qui étaient occupés jusqu’à tout récemment par l’entreprise Encore 3, qui se spécialisait dans la transformation de l’asclépiade, soit lancée entre le 1er et le 15 mars. Selon lui, ce moment constituera en quelque sorte le début d’un nouveau chapitre pour son entreprise.

Mékinac

Près de 850 000 $ pour un centre de transbordement ferroviaire

Saint-Tite — La MRC de Mékinac pourra compter sur des installations ferroviaires bonifiées afin d’attirer encore plus de nouvelles entreprises dans son parc industriel régional.

Elle a en effet reçu la confirmation qu’elle allait bénéficier d’une aide financière non remboursable de 847 378 $ de la part de Développement économique Canada pour l’aménagement d’un centre de transbordement rail-route sur le site situé à Saint-Tite et où sont notamment déjà implantées les entreprises Xylo-Carbone et Aliksir. Afin de concrétiser ce projet, la MRC injectera une somme similaire à celle qu’elle a reçue du gouvernement fédéral. L’aménagement de cette nouvelle infrastructure nécessitera donc un investissement total d’environ deux millions de dollars et se fera sur une superficie de 34 217 mètres carrés.

Cet appui financier a été annoncé, lundi avant-midi, par le député de Saint-Maurice – Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, en présence de plusieurs élus et décideurs locaux. Celui qui siège à la Chambre des communes a indiqué que ce projet allait, entre autres, favoriser de nouveaux investissements dans Mékinac et qu’il démontre le dynamisme dont font preuve les représentants locaux dans leurs efforts afin d’attirer de nouvelles entreprises chez eux.

«On sait qu’un centre de transbordement rail-route permettra aux entreprises de recevoir leurs marchandises plus rapidement et aussi de faire des exportations [car elles ont des visées internationales]. C’est vraiment se donner des moyens pour réussir. Je lève donc mon chapeau aux élus municipaux pour avoir eu cette idée», a-t-il déclaré.

L’élu qui a lancé à la blague qu’il avait «préféré» venir faire cette annonce dans sa circonscription au lieu d’accompagner le premier ministre Justin Trudeau en Inde a ajouté que l’implantation de nouvelles entreprises innovantes constitue le meilleur moyen pour créer des emplois de qualité, et du même coup, attirer une main-d’œuvre de qualité dans une MRC qui a longtemps été considérée comme l’une des plus pauvres au Québec. «Les entreprises viennent, car il y a des infrastructures modernes. Alors comme élus, il faut s’assurer de développer un cadre qui peut favoriser la création d’emplois et la croissance économique», a-t-il poursuivi.

Rappelons que les 10 municipalités que regroupe la MRC de Mékinac ont décidé, en 1996, de créer un parc industriel régional sur des terrains qui bordent la voie ferrée principale du Canadien National (CN) régional.

Le préfet de la MRC et maire d’Hérouxville, Bernard Thompson, a quant à lui indiqué que cette annonce constitue la preuve que Mékinac voit grand pour son parc industriel régional. «Nous sommes donc en mesure d’aider les entreprises qui se sont récemment installées à prendre de l’expansion», a-t-il mentionné. Le préfet n’hésite pas à dire que la MRC a des vues sur d’autres terrains afin d’agrandir son parc si le besoin se fait sentir.

Vie régionale

Des nouvelles de Mékinac

L’entreprise étudiante Écobois a le vent dans les voiles

Créée à l’automne 2016 par des élèves de l’école secondaire Paul-Le Jeune de Saint-Tite, l’entreprise étudiante Écobois continue son petit bonhomme de chemin et se démarque dans son milieu. Les activités Écobois consistent à récupérer du bois, sous forme de planches ou de rondins, afin de créer des sous-verres. Ces produits de seconde transformation sont en vente à différents endroits à Saint-Tite, soit chez Teintures et calfeutrants Saint-Tite, la pharmacie Saint-Tite et ainsi que le café boutique Aux Cinq Sœurs situé à Sainte-Thècle. Et grâce à une aide financière du Carrefour emploi Mékinac, Écobois remettra une carte-cadeau de 35 $ à une famille dans le besoin de la MRC pour chaque paquet de quatre sous-verres vendu. En tout, 20 familles bénéficieront de cette aide, qui totalisera une somme de 700 $. Les jeunes entrepreneurs ont également mis une autre initiative sur pied afin de semer l’espoir dans leur milieu en offrant, gratuitement, des chandelles à des gens ayant besoin d’une lueur d’espoir dans leur vie. Pour enclencher le processus afin qu’une personne bénéficie de cette attention, il est possible de contacter Écobois en envoyant un message privé via Facebook.

Le programme Jeunes au travail est de retour
Encore une fois cette année, les employeurs qui sont membres d’une Caisse Desjardins du territoire de Mékinac peuvent compter sur le programme Desjardins – Jeunes au travail afin d’embaucher un jeune pour la période estivale. Les personnes intéressées doivent contacter le Carrefour emploi Mékinac avant le 15 mars. Un total de 15 emplois seront offerts dans le cadre de ce programme cet été. Les employeurs sélectionnés bénéficieront d’un montant couvrant 50 % du salaire minimum pour une période allant jusqu’à 180 heures de travail. De plus, le volet Apprenti stage, qui permet d’offrir cinq stages non rémunérés à des jeunes de 14 et 15 ans, est également de retour pour les organismes à but non lucratif. Les stagiaires qui auront atteint tous leurs objectifs pendant cette expérience de 80 heures obtiendront une bourse de 500 $.

Actualité

Saint-Tite: la mairesse passe à l’action

Saint-Tite — La nouvelle mairesse de Saint-Tite n’est en poste que depuis quelques semaines, que déjà les projets se bousculent. Le premier mandat d’Annie Pronovost sera marqué par la construction de la nouvelle usine de filtration d’eau potable, par la réfection de l’aréna ainsi que par une consultation auprès de la population pour connaître ses priorités.

«L’eau à Saint-Tite ne sera plus jaune», promet la première mairesse de l’histoire de Saint-Tite. 

Ce n’est pas d’hier que la Ville de Saint-Tite travaille sur un projet de modernisation des installations d’eau potable. Comme le demande Québec, la première étape est de construire une nouvelle usine de traitement des eaux au lac Éric, la source d’eau potable de Saint-Tite. Uniquement pour 2018, le budget pour l’eau potable à Saint-Tite est de 13 millions $. Cela touche l’usine de filtration, mais aussi la réfection de bassin et autres équipements. 

«On doit commencer par la base. Et la base, c’est notre usine d’eau potable», soutient Mme Pronovost. «Le projet d’eau potable est sur la table depuis près de dix ans.»

Les dépenses liées à la modernisation du système d’eau potable ne seront toutefois pas supportées que par les résidents de Saint-Tite. 

La Ville va aussi de l’avant avec la source d’eau complémentaire dans le secteur de la Petite Mékinac. La mairesse assure toutefois que les résidents de ce secteur ne devraient pas voir le niveau de leurs puits diminuer drastiquement, comme c’est arrivé lors des périodes de tests. «Il y a deux maisons qui sont surtout concernées. On ne les laisse pas tomber», affirme Mme Pronovost. «Les puits ont diminué lors de tests menés sur une longue période avec un pompage excessif. Il y avait alors eu de bonnes variations. Ces résidents ont des instruments pour surveiller les puits et on les a à l’œil.» 

La mise aux normes du Sportium de Saint-Tite est aussi un des projets sur la table que compte bien réaliser la nouvelle mairesse. 

Actualités

Place au 8e Relais pour la vie hivernal à Hérouxville

HÉROUXVILLE — Combattre la fraîcheur de l’hiver le temps d’une journée afin de lutter contre le cancer et rendre hommage aux personnes touchées par la maladie, c’est ce que propose la Société canadienne du cancer (SCC), le 3 mars prochain, dans le cadre du seul Relais hivernal au pays, soit la 8e édition du Relais pour la vie de Hérouxville.

Le président d’honneur Martin Brière et la combattante d’honneur Rachel Paul-Hus espèrent dans le cadre de cette 8e édition vendre plus de 1000 luminaires.

«Le Relais pour la vie hivernal se distingue par son caractère unique, puisqu’il est présenté en hiver et nous permet de faire un parallèle avec la force de caractère des gens de notre territoire qui savent faire face aux vents quand des difficultés se présentent à eux (...)»,précise le président d’honneur, Martin Brière.

Encore une fois cette année, l’équipe de la SCC souhaite attirer un maximum d’équipe pour sa huitième édition. Ceux et celle qui désirent prendre part à ce Relais pour la vie hivernal pourront s’inscrire dès le 1er décembre au relaispourlavie.ca. Les participants s’engagent notamment en s’inscrivant, à amasser un minimum de 150 $ pour la Société canadienne du cancer.

La SCC lance d’ailleurs aux entreprises le défi de former une équipe pour la cause.

Avec son titre de combattante d’honneur, Rachel Paul-Hus, qui a reçu un diagnostic de cancer du sein en 2017 se donne comme mission de sauver encore plus de vies dans le cadre de ses fonctions au Relais pour la vie hivernal.

Le Relais pour la vie qui se tiendra cette année au Camp Val Notre-Dame à Hérouxville est une marche d’une durée de 12 heures, qui se déroule le 3 mars, de midi à minuit et qui vise à amasser des fonds afin de prévenir les cancers et financer davantage les projets de recherche dans le domaine.

En 2017, le Relais de Hérouxville avait récolté plus de 70 000 $. Rappelons qu’en 2016, ce sont plus de 52 000 Québécois qui ont appris qu’ils étaient atteints d’un cancer.