La construction de l’usine de cannabis thérapeutique a entraîné l’émission d’un permis de 4,4 millions de dollars en 2017.

Un bond de 49,9 %

Louiseville — L’érection d’une usine de production de cannabis thérapeutique et la vigueur du marché de la construction de maisons unifamiliales permettent à la Ville de Louiseville de terminer l’année 2017 avec une valeur de permis de construction qui reprend beaucoup d’altitude.

Le bilan du service d’urbanisme pour l’année 2017 indique que 518 permis ont été délivrés pour une valeur totale de 16 301 136 $. Le bond de 49,9 % de la valeur des permis est énorme par rapport à 2016, année durant laquelle cette valeur était de 10 871 402 $, la plus faible performance en la matière depuis 2012.

Les grands projets d’investissement commercial ou industriel ne se sont pas bousculés aux portes de l’hôtel de ville en 2016. La construction de l’usine de production de cannabis thérapeutique pilotée par l’entreprise IsocanMed, demandant un permis de construction de 4,4 millions de dollars, a redressé le portrait en 2017: cet investissement représente plus du quart de la valeur totale des permis de l’année.

«C’est le plus grand projet de 2017, reconnaît d’emblée le maire Yvon Deshaies. La valeur du permis est importante. Et on sait que si ça va bien, ça va agrandir. C’est encore plus intéressant.»

La modeste performance de 2016 était aussi attribuable à la régression du nombre de nouvelles maisons unifamiliales. Seulement six constructions avaient été comptabilisées en 2016. En 2017, le nombre a triplé, soit 18 maisons unifamiliales.

Avec l’érection d’un immeuble de trois logements, 21 unités de logement se sont ajoutées au parc immobilier.

La valeur moyenne des maisons unifamiliales affiche elle aussi une appréciation. En 2017, cette moyenne était de 245 000 $, alors qu’elle était de 229 666 $ en 2016.

«On a des gens de l’extérieur qui s’installent à Louiseville à cause des services qu’on a, parce qu’on est placé entre Québec et Montréal. Le crédit de taxes sur les nouvelles maisons attire aussi des gens, mais ce n’est pas la ruée vers l’or. Je dirais que 50 % des gens viennent ici pour le crédit de taxes et 50 % pour l’emplacement géographique et les services», estime M. Deshaies.

La progression du nombre d’unités de logement devrait se poursuivre en 2018 en raison des offres d’emplois qui sont bien présentes au sein de la MRC de Maskinongé. Ces perspectives d’emploi devraient permettre à Louiseville d’attirer de nouveaux résidents. Combiné à des investissements prévus, le portrait devrait amener Louiseville à franchir la barre des 20 millions de dollars en valeur de permis, croit le maire.

«On ouvre une rue dans le secteur du moulin Tourville avec 30 terrains. La résidence Les Bâtisseurs devrait annoncer au printemps la deuxième phase de son projet, soit 40 ou 45 logements pour retraités. C’est plusieurs millions de dollars. Si Ford agrandit son garage cette année, c’est quatre millions de dollars. Des promoteurs veulent construire deux blocs de six logements. On a regardé des terrains en fin de semaine. Ça pourrait se faire dès le printemps. Et l’installation d’IsocanMed pourrait amener des sous-traitants. On a eu une bonne année en 2017, mais 2018 va être meilleure.»