Serge Dubé

Saint-Paulin signe une nouvelle entente avec le comité industriel

Après avoir mené une vérification du fonctionnement du Comité industriel de Saint-Paulin, la Municipalité vient de renouveler son entente avec l'organisme voué au développement économique.
<p>René-Paul Lessard est le président du Comité industriel de Saint-Paulin.</p>
Certaines questions à propos du comité industriel ont été soulevées au sein de la population au cours des derniers mois.
Le nouveau maire de Saint-Paulin, Serge Dubé, a voulu faire la lumière et informer clairement les citoyens. C'est ce qu'il a fait le 20 janvier lors d'une réunion publique à laquelle une trentaine de personnes ont assisté.
«On a engagé un expert pour vérifier les transactions financières que fait le comité, pour vérifier son fonctionnement administratif. Le vérificateur a trouvé que les livres étaient bien tenus. Tout est clair et il n'y a pas de zone grise. Les conclusions de l'expert sont satisfaisantes. Des gens avaient l'impression qu'on leur cachait quelque chose. On a ouvert les livres. Depuis lundi, je ne reçois que des commentaires positifs», constate le maire Dubé.
René-Paul Lessard rappelle que le comité existe depuis 32 ans et qu'il a toujours travaillé pour le développement de Saint-Paulin et non pas pour le profit de ses membres ou de leurs connaissances. «Il y a une vérification qui a été faite et l'expert dit qu'il y a une qualité d'administration remarquable au comité industriel. Les choses ont été faites avec intégrité et respect envers les gens», dit le président du comité.
Fort de cette vérification, le conseil a proposé une nouvelle entente aux dirigeants du comité. Ce partenariat précise les assises juridiques et la délégation de pouvoirs accordés au comité.
Le démarchage d'entreprise, la recherche de nouveaux partenaires, l'offre de soutien aux entreprises existantes et la gestion de ses bâtiments locatifs de la zone industrielle sont au nombre des responsabilités du comité, comme l'explique Serge Dubé.
«On exige des rapports. On se réserve le droit de vérifier leurs transactions avec un expert de notre choix. Et on a négocié avec eux pour avoir deux personnes nommées par le conseil municipal au conseil d'administration du comité. On veut penser à la relève», ajoute M. Dubé.
Le président du comité voit d'un bon oeil ce nouvel accord.
«L'entente donne au comité le droit d'agir plus facilement et plus rapidement. Chaque fois qu'on pose une action, c'est comme préautorisé par la Municipalité, mais on doit soumettre un rapport à la fin de l'année. L'entente nous dit d'agir et de produire un rapport annuel. Si la Municipalité juge qu'on n'a pas performé assez, on ne renouvelle pas l'entente. On est à l'aise avec ça. On a les coudées franches pour développer davantage.
Le partenariat entre Saint-Paulin et le comité fixe à 33 000 $ la contribution municipale en 2014. Selon M. Dubé, l'investissement en vaut le coup.
«Sur les 32 ans d'existence du comité industriel, la contribution moyenne de la Municipalité est de 15 000 $ par année. Les revenus de taxes, c'est 150 000 $. Pour chaque dollar versé, on en reçoit 10 $. En 2014, on verse 33 000 $ et on retire 154 000 $ de taxes foncières. On veut faire plus de développement. Il y a des gens qui cognent à notre porte pour s'installer à Saint-Paulin», raconte le maire, qui s'attend à avoir de bonnes nouvelles à annoncer en mars.
Le budget annuel du comité est d'environ 110 000 $. Quelque 80 000 $ sont perçus annuellement en revenus de location des bâtisses industrielles.