Michel Bellemare tape sur le salaire du maire

Michel Bellemare n'en démord pas. Le salaire du maire de Louiseville n'aurait jamais dû être augmenté de 36 % en 2007.
L'adversaire de Guy Richard estime que ce dernier s'est voté une majoration déraisonnable si on la compare aux autres ajustements salariaux. Son traitement total a grimpé de 27 209 $ à 37 000 $.
«Les conseillers se sont voté une hausse de 8 %, on a donné 4 % aux employés et le maire, c'est 36 %. On a eu des maires qui avaient un emploi et qui ont fait leur travail de maire, comme Gaston Fleury, René Ricard. Jocelyne Elliott Leblanc avait son emploi à la pharmacie à l'hôpital. M. Richard dit qu'il est un maire à temps plein. Il doit marcher au ralenti», raconte le candidat lors d'un point de presse tenu hier matin à Louiseville.
M. Bellemare répète qu'advenant son élection, il remettra cette hausse à des organismes communautaires. De plus, il croit possible de ramener un projet de gymnase avec une piscine intérieure qui a été abandonné par le dernier conseil.
«C'est un projet de deux millions de dollars. Mais il faut des octrois. Il faudrait voir ce que la commission scolaire pourrait fournir. Il y a des entreprises qui pourraient fournir, comme Canadel, la caisse populaire.»
L'arrivée de Michel Bellemare à la mairie de Louiseville sonnerait également le glas à toute taxe de secteur. Celui-ci critique ouvertement la décision du conseil louisevillois d'imposer une telle taxe aux citoyens du chemin Grande-Carrière.
Cette taxe de 41,5 cents par tranche de 100 $ d'évaluation sert à payer le prolongement du réseau d'égout dans cette partie de la ville.
«La taxe de secteur a été abolie lors de la fusion. M. Richard a fait les travaux et n'a pris aucune subvention, alors que Sainte-Ursule a des subventions pour des travaux en dehors du périmètre urbain. En plus, une pétition de 57 personnes a été déposée et M. Richard ne l'a pas respectée.»
Finalement, Michel Bellemare mentionne qu'il est ouvert à prendre part à un débat public avec le maire sortant. Selon le candidat, M. Richard refuse de participer à un tel exercice.